Scooter hydrogène : le projet de l’indien TVS prend forme

Adeline ADELSKI · 8 Août 2022 11:30 · 1
Scooter hydrogène : le projet de l’indien TVS prend forme

Un récent document de brevet révèle les dernières avancées du futur scooter à pile à combustible hydrogène de TVS.

Le constructeur indien de motos TVS a choisi de se lancer dans une nouvelle forme de mobilité verte : le scooter à hydrogène. Une image du dépôt de brevet a récemment fuité et montre un scooter équipé de deux réservoirs d’hydrogène fixés sur le tube inférieur avant du cadre et reliés par un tuyau, ainsi qu’une pile à combustible située sous le siège.

Le brevet révèle aussi la présence d’une batterie électrique sous le marchepied. Celle-ci pourra notamment stocker l’énergie générée lors des phases de décélération et de freinage, et être éventuellement rechargée par la pile à combustible lorsque les besoins en énergie seront moindres.

Bien que le document que peu de détails sur le moteur, il est probable qu’il s’agisse d’une unité montée sur le moyeu.

Scooter à hydrogène : comment ça marche ?

Comme une batterie, une pile à combustible comporte deux électrodes, séparées par une membrane électrolytique. La différence réside dans le fait qu’au lieu de stocker de l’énergie, comme une batterie, et donc de devoir être rechargée, la pile à combustible convertit le combustible (dans ce cas, l’hydrogène) en électricité en réagissant avec l’oxygène de l’air.

Actuellement, il n’existe que deux stations de remplissage d’hydrogène en Inde, l’une au centre de recherche & développement d’Indian Oil à Faridabad, et l’autre au National Institute of Solar Energy à Gurugram. Mais en France, les stations se multiplient à l’ère du mix énergétique. On peut alors se réjouir d’une telle innovation pour continuer de décarboner les transports.

À lire aussi Mob-ion avance sur son scooter à hydrogène made in France


Tous nos modèles de scooters électriques

Sur le même sujet

Annonces

Commentaires

1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Toto
1 mois il y a

Parfait, à condition d’habiter et de travailler autour d’une station H2. Quand il y en aura, dans 100 ans.