Essai Rockrider E-ST 500 26″ : le VTT électrique pour enfant de Decathlon donne le sourire

Régis Jehl · 22 Nov 2023 7:00 ·
Decathlon Rockrider E-ST 500 26

Le vélo électrique, ce n’est pas que pour les adultes, Decathlon l’a bien compris et propose le VTT Rockrider E-ST 500, un modèle 26″ spécifiquement développé pour les enfants. Nous avons pu l’essayer et en avons profité pour lui faire gravir quelques montées.

Un vélo électrique pour enfant ? « Une diablerie pour des marmots qui vont perdre le goût de l’effort, assurément ! », tel est le genre de remarque que nous nous attendons à recevoir à la suite de cet article. Pour autant, nous pensons qu’un vélo à assistance électrique peut avoir du sens pour les enfants qui souhaitent avoir une monture leur permettant de suivre un adulte en montagne par exemple – surtout si celui-ci est déjà équipé d’un VAE. Le moteur est alors l’outil qui permettra d’aller plus loin, plus longtemps et plus haut même que n’en aurait été capable le jeune pilote, à la seule force de ses muscles, aussi entraîné soit-il – chacun ayant ses limites physiologiques.

Decathlon propose justement un modèle de VTT électrique spécifique destiné à ce jeune public, le Rockrider E-ST 500 26″. Destiné aux 9 – 12 ans, il n’est proposé qu’en une unique taille de 26″, sans autre forme de précision. L’enseigne sportive ne précise pas pour quelle taille d’utilisateur il se destine, mais nous pouvons toutefois tabler sur 1,40 m minimum et 1,60 m maximum.

Decathlon Rockrider E-ST 500 26

Vendu 1 200 € en boutique et en ligne, celui-ci représente donc un bel investissement pour un vélo qui, par nature, ne sera utilisé qu’une poignée d’années – cela alors même que des modèles de grandes marques sont proposés à des tarifs encore plus élevés. Nous y voyons en revanche un modèle idéal pour de la location, que ce soit dans un établissement spécialisé ou directement depuis Decathlon qui propose ce service (3 mois minimum). Louer un vélo électrique pour enfant peut finalement être une bonne idée lors d’un séjour à la montagne par exemple.

Technologie : un moteur arrière revu spécifiquement pour les enfants

Pour réaliser le E-ST 500 destiné aux enfants, Decathlon n’est pas parti d’une feuille blanche, mais a repris la plupart des éléments de son VTT électrique Rockrider E-ST 100 destiné pour sa part aux adultes. On retrouve ainsi le même moteur logé dans le moyeu de la roue arrière.

Développant un couple de 42 Nm, ce moteur bénéficie toutefois d’une cartographie différente pour apporter une assistance plus progressive que sur la version pour adulte. Un couple qui n’est donc pas énorme pour évoluer en montagne, mais qu’il convient de relativiser en prenant en considération le poids d’un enfant de 9 – 12 ans.

Cette motorisation est associée à une batterie de 380 Wh fixée sur le tube diagonal du cycle ; la même que sur la version adulte encore une fois. Avec un utilisateur de 35 kg, cela permettrait d’atteindre 100 km d’autonomie sur un terrain peu vallonné selon Decathlon.

Cela, à condition d’utiliser le mode d’assistance le plus faible, nommé Eco. Deux autres modes peuvent être sélectionnés sur la commande située sur la partie gauche du guidon : Standard et Boost. Cette commande ne propose pas d’écran LCD, mais simplement un affichage à led du niveau de batterie restant, sur cinq niveaux.

Le testeur du jour : Yoann

Decathlon Rockrider E-ST 500 26

Pour cet essai un peu particulier, nous ne pouvions prendre place sur ce vélo qui n’est pas conçu pour accueillir notre gabarit d’adulte. Nous nous en sommes alors remis à Yoann, jeune collégien dont les 1 m 53 sont parfaits pour grimper sur le Rockrider E-ST 500 et réaliser une sortie au plus proche des montagnes alsaciennes. De quoi en tirer un véritable ressenti utilisateur que l’on pourra mettre en parallèle de notre analyse technique. Yoann est par ailleurs assez sportif, pratiquant notamment du tennis après avoir fait quelques années de football.

Confort : un VTT semi-suspendu à la selle dure

Vélo tout terrain oblige, le poste de pilotage invite à prendre une posture sportive, penchée vers l’avant. Notre pilote s’est toutefois senti plus à l’aise avec une posture un peu plus redressée, abaissant sans le savoir son centre de gravité. La conception semi-suspendue de ce VTT met à parti une fourche Suntour XCE28 au débattement de 80 mm. Celle-ci remplit parfaitement son office en gommant efficacement les aspérités des pavés et limitant correctement les remontées des chocs. Il est par ailleurs possible de régler la tension des ressorts.

La selle dispose évidemment d’un design sportif tout ce qu’il y a de plus classique. À la mousse relativement ferme, celle-ci n’est visiblement pas des plus confortables, notamment lors de longues sorties. Un inconfort qui n’est pas rebutant pour autant pour Yoann, même si celui-ci n’aura pas rencontré de terrain trop remuant non plus.

Les roues de 26″ sont montées de pneus Rockrider All Terrain de section de 2,10″ aux larges crampons formés en V. On regrette l’absence de bande anticrevaison, qui aurait apporté une tranquillité d’esprit supplémentaire.

Le cintre de 58 cm de large nous parait suffisamment bien dimensionné pour apporter de la précision dans le pilotage. Celui-ci débouche sur des poignées à lamelles caoutchoutées assez standards. Celles-ci ne participeront pas réellement au confort de l’ensemble, mais la matière permet de conserver une belle prise en main du vélo.

Équipement : une finition qui manque de charme

Uniquement proposé en un coloris noir brillant, le VTT électrique Rockrider E-ST 100 profite d’un assemblage correct, sans plus. Les soudures apparentes n’ont que peu de charme, tout comme l’intégration des câbles qui laisse un peu à désirer. Une gaine se charge de regrouper ceux disposés à l’avant, mais c’est bien là la seule coquetterie à ce niveau. À ce niveau de prix, Decathlon n’a semble-t-il pas été en mesure d’opter pour des câbles traversant les tubes du cadre, se contentant de les fixer de manière apparente à celui-ci.

Côté accessoires, il faudra assurément repasser à la caisse. Le vélo est livré nu, sans garde-boue et sans béquille. Il inclue finalement que le nécessaire légal, à savoir des catadioptres de roues et de pédales, une sonnette basique et un kit d’éclairage. Ce dernier servira uniquement à être vu de nuit, mais nullement à voir, l’éclairage led (fonctionnement à piles) étant assez peu fort.

Conduite : un VTT pour enfant qui donne le sourire

À l’utilisation, le vélo a assurément comblé notre jeune essayeur. Utilisateur d’un VTT musculaire Nakamura de taille semblable, c’était la première fois qu’il s’essayait à une monture électrique. De quoi apprécier l’assistance électrique, jugée particulièrement satisfaisante dans les montées où les efforts musculaires ne deviennent nécessaires que dans les pentes les plus raides.

Notre œil avisé aura tout de même remarqué que l’assistance manque un peu de réactivité au démarrage. La faute sans doute à l’utilisation d’un simple capteur de pédalage logé dans le pédalier. Aucun capteur de couple ici et il est ainsi nécessaire d’observer un tour de roue avant que le moteur ne se mette en branle. Rien de rédhibitoire, mais nous avons toutefois trouvé le moteur hésitant sur certains changements de rythme.

La transmission par chaîne est associée à un dérailleur arrière Btwin Mega 34 et d’une cassette Microshift à 8 plateaux (11-34T). Le changement de vitesse est confiée à une manette Btwin Mega 8 assez classique. Le passage de vitesse occasionne un bruit modéré, mais nous avons surtout remarqué le manque de précision qui oblige à jouer avec la manette pour engager correctement certaines vitesses. La cassette manque par ailleurs un peu d’amplitude, un braquet plus petit aurait été bienvenu pour les montées les plus difficiles.

Côté freinage enfin, Decathlon a fait le choix d’un système à disques aux commandes hydrauliques. Des disques de 160 mm à l’avant comme à l’arrière qui sont associés à un kit Tektro HD-J285 Junior. De quoi étonner Yoann sur le mordant, bien plus fort qu’avec son VTT Nakamura aux freins à patins.

Une fois l’adaptation faite, le pilote a apprécié la progressivité du système hydraulique dans les descentes, mais également sa capacité à freiner vite et fort quand il le faut. Dans la pratique, il aura fallu moins de 3 mètres pour arrêter le bolide lancé à 25 km/h sur du plat légèrement humide.

Autonomie : de la montagne sur 50 km sans sourciller

La batterie de 360 Wh peut sembler légère à première vue. Pour autant, le poids des enfants aidant, le Rockrider E-ST 500 bénéficie tout de même d’une belle autonomie. Nous avons ainsi réalisé un parcours d’environ 25 km mêlant plat, montées, descentes et faux plat et le tout avec le niveau d’assistance positionné sur Boost. Une fois le tour terminé, l’afficheur affichait encore fièrement 4 barres d’autonomie sur 5. Un redémarrage du vélo nous montrera finalement plus que 3 barres.

S’il est toujours difficile de se prononcer sur l’autonomie atteignable – le temps, le type de montées, les descentes, les faux plats jouant énormément sur cela – nous estimons toutefois qu’il est envisageable de réaliser des sorties en montagne de 50 km sans trop de problème. Et d’aller bien plus loin si les montées sont plus légères. De quoi réaliser de belles balades familiales.

L’avis de Cleanrider

Avec le Rockrider E-ST 500 26″, Decathlon montre qu’il est possible de proposer un VTT électrique pour enfant procurant un véritable plaisir de conduite. Si le vélo s’est montré un peu dur aux fesses, son confort de pilotage a toutefois été apprécié, la fourche suspendue étant plutôt joueuse.

Alors, évidemment, même si le tarif peut sembler élevé dans l’absolu, on reste face à un équipement résolument orienté entrée de gamme. Les vitesses sont parfois capricieuses, l’assemblage n’est pas des plus glorieux et le manque d’accessoires fournis d’office font un peu pingre.

Mais rien de tout ça n’aura sauté aux yeux de Yoann qui, de son côté, aura eu le sourire tout du long de cet essai. Notre jeune pilote aura ainsi particulièrement apprécié de pouvoir gravir des montées qui lui étaient jusqu’ici inaccessibles, de pouvoir compter sur un freinage incisif et ainsi de réaliser une sortie à vélo qu’il n’aurait pas été encore en mesure de faire à son âge.

Le retour sur son VTT musculaire s’est d’ailleurs fait avec une certaine moue : « ouha ça change, on dirait qu’il ne freine pas le mien ! ». Cela ne l’empêchera pas de continuer à l’utiliser, bien au contraire.

L’affiliation chez Cleanrider

Ce contenu vous est proposé par nos rédacteurs. Il est possible que cet article comprenne des liens d'affiliation : l'e-commercant pourra alors nous reverser une commission lors de l'achat d'un article. Pour vous, rien ne change. Les prix indiqués dans cet article sont susceptibles d'être modifiés.

En savoir plus


Annonces

Commentaires

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments