Test Cube Touring Hybrid One : pourquoi ce vélo électrique puissant et endurant nous a conquis

Puissant et endurant avec son couple de moteur et batterie Bosch, le vélo électrique Cube Touring Hybrid One est un vélo de ville qui cache bien son jeu. Agile, confortable et parfaitement bien équipé, il conviendra aussi parfaitement lors des randonnées. Un véritable coup de cœur !

Le fabricant allemand Cube officie maintenant depuis plus d’une trentaine d’années. L’entreprise propose une vaste gamme de vélos musculaires et électriques et couvre tous les secteurs et types de vélos possibles. On y trouve notamment le Touring Hybrid One, un vélo de ville parfaitement équipé vendu à 2 899 € et dont la partie cycle encouragera rapidement à partir en randonnée avec lui, vous le verrez.

La gamme Touring Hybrid de Cube est assez vaste. Proposée en cadre fermé, semi-ouvert (trapèze) ou ouvert, celle-ci comporte des versions haut de gamme EXC, du milieu de gamme Pro et de l’entrée de gamme One. Chacune de ces gammes est proposée avec une batterie de 500 Wh ou de 625 Wh. Nous testions ici le Touring Hybrid One 625, paré d’une batterie de 625 Wh donc, dans sa version « 2024 » qui inclue une commande Purion 200 en lieu et place de la Remote LED de l’édition 2023 (seul changement).

Nous avons testé ce vélo en taille L qui pèse 26,5 kg avec sa batterie.

Technologie : de la performance signée Bosch

Cube étant une marque allemande, il n’est pas très étonnant de voir que c’est un moteur de l’équipementier Bosch qui prend place au niveau du pédalier. On trouve ainsi un bloc Performance Line développant 75 Nm et capable d’atteindre une puissance en pic de 600 W. C’est un moteur que nous avons rencontré à maintes reprises et qu’on a toujours su apprécier pour sa réactivité – capteur de couple et de vitesse sont présents – sa puissance et son faible niveau sonore.

Le tube diagonal du cadre accueille pour sa part un module PowerTube 625. Comme son nom l’indique, cette batterie propose une réserve d’énergie de 625 Wh pour une autonomie donnée à 146 km en mode Eco. Les différents modes d’assistances – Tour, Auto, Turbo et Eco – peuvent être sélectionnés à l’aide des différents boutons offerts par le module de commande Purion 200 fixé aux côtés de la poignée de gauche.

Nous avions déjà pu prendre en main ce Purion 200 lors de notre test du Moustache Mardi 27.4. Il est totalement similaire ici, avec sa présentation sous forme de tuiles. De quoi pouvoir lire très facilement toutes sortes d’informations : vitesse, kilomètres parcourus, cadence, puissance développée, autonomie restante et nous en passons. Il n’est en revanche pas possible d’obtenir des indications de parcours, la fonction restant réservée aux Kiox 300 et Kiox 500 de Bosch.

Lisible aussi bien en plein soleil qu’en pleine nuit, l’écran à la luminosité adaptative permet par ailleurs d’offrir une connectivité au vélo. Plusieurs intérêts à cela. Tout d’abord, l’application eBike Flow propose de se transformer en afficheur géant – on utilisera un support smartphone pour cela – afin d’avoir encore plus d’informations sous l’œil, et notamment le guidage GPS (avec différents types de tracés proposés en fonction de la complexité souhaitée).

Il est aussi possible de modifier le comportement du moteur en gérant différents aspects des modes d’assistance. Enfin, la fonction eBike Lock permet aussi d’utiliser son smartphone comme une clé automatique (en Bluetooth) pour verrouiller et déverrouiller son vélo. La fonction fonctionne bien : on s’approche du vélo pour le déverrouiller et, à l’inverse, il se verrouille quand on s’en éloigne avec, à chaque fois, un bip assez audible.

Confort : une selle et des poignées qui prennent soin de vous

 

Dans sa version à cadre ouvert, le Cube Touring Hybrid One est évidemment très pratique en ville. Ce type de cadre permet ainsi de monter et de descendre de la selle très simplement. La géométrie favorise par ailleurs une posture reposante, dos très légèrement penché vers l’avant. La potence étant fixe, on ne pourra pas ajuster cela aux petits oignons.

Le cintre est très légèrement courbé, plus proche d’un cintre droit que d’un cintre typique de vélo urbain. D’une largeur de 700 mm sur notre monture en taille L, il favorise une utilisation sportive du vélo, comme cela serait le cas sur un vélo de type VTC, voire trekking. Nous y reviendrons.

Ce cintre débouche sur des poignées ergonomiques Acid Travel Confort. Très confortables avec leur énorme repose poignets, celles-ci nous ont véritablement séduit ! Si elles sont agréables et n’entachent en rien la précision du guidage, elles ont toutefois tendance à faire transpire les paumes de main lors des fortes chaleurs.

On continue avec la selle Natural Fit Sequence Comfort, qui propose, elle aussi, un excellent confort. Suffisamment large et particulièrement moelleuse, elle a pu soutenir notre postérieur sans douleur pendant plusieurs dizaines de kilomètres. Franchement bien, car cela permet d’absorber légèrement les vibrations, la tige de selle étant rigide. Au passage, on notera que le réglage de la hauteur d’assise se fait à l’aide d’une clé Allen. Rien d’extraordinaire vous direz-vous, mais c’était sans compter sur le fait que Cube a intégré cet outil dans le tube de selle ! L’outil peut ensuite être utilisé pour réaliser d’autres réglages, comme celui de l’inclinaison du guidon.

Les trépidations de la route et autres chocs seront bien amortis avec la fourche SR Suntour NXV 30 au débattement de 63 mm. Une fourche correcte pour un usage urbain, mais qui a également été très séduisante lors de nos tronçons sur piste avec une chaussée mêlant chemin sablonneux et gravier.

Car on ira très facilement sortir du bitume avec ce vélo de ville ! Celui-ci est parfaitement adapté pour les randonnées, ses pneus ballon Schwalbe Big Ben 28″ x 2,15″ proposant un volume d’air suffisant pour apporter un très grand confort (limitation des trépidations, absorption des chocs) et sa bande de roulement proposant une excellente tenue de route sur tous types de chemins – on ira pas non plus dans des zones trop cabossées en montagne, ce n’est pas un VTT. Au passage, on appréciera le petit point design avec des flancs marron rappelant la couleur des poignées et de la selle. Du plus bel effet, d’autant plus que des bandes réfléchissantes permettent d’être bien vus de nuit.

Équipement : tout est là pour un vélo de ville complet !

La peinture verte utilisée sur ce vélo Cube confère un certain charme à l’ensemble. La finition est exemplaire, nombre de soudures étant parfaitement polies.  Cela donne du cachet à ce Touring Hybrid One, même si l’intégration des câbles aurait pu être plus poussée – Cube réservant cela à ses modèles plus haut de gamme. Dommage aussi que le cache de la batterie se contente d’un plastique noir et non d’une pièce couleur cadre. On se consolera avec la belle finition de celui-ci.

Un vélo de ville se doit d’être proposé avec un équipement complet permettant de l’utiliser dans n’importe quel cas de figure. C’est parfaitement le cas ici avec, pour commencer, des garde-boue en plastique qui procurent une couverture satisfaisante contre les projections. Celui à l’avant pourra toutefois se montrer un peu limite dans les grosses flaques d’eau, celui-ci ne descendant pas assez sur la roue.

Le porte-bagages arrière peut soutenir une charge de 25 kg et propose des fixations à la norme RILink. Toujours pratique pour fixer des accessoires compatibles (siège bébé, sacoches, etc). On apprécie par ailleurs la présence d’un clapet à ressort, ce qui permet de tenir fermement un petit bagage.

On trouve par ailleurs une béquille latérale fixée aux côtés du pédalier. Ajustable en hauteur, celle-ci propose une excellente tenue du vélo à l’arrêt. Il manque toutefois un antivol de type bloque-roue pour les arrêts minutes. Un accessoire qu’on pourra toutefois monter en seconde monte.

Pour l’éclairage, Cube a opté pour un feu avant maison nommé Shiny 50. Puissant, celui-ci dégage un flux lumineux de 50 lux, permettant de voir et d’être vu correctement de nuit. À l’arrière, on trouve un catadioptre fixé au garde-boue et un joli feu parfaitement bien intégré au garde-boue. S’il est suffisamment puissant pour être vu de jour, celui-ci ne propose pas de fonction stop. Dommage.

Conduite : une conduite qui invite à partir à l’aventure

 

Le moteur Bosch Performance Line, on commence à bien le connaître chez Cleanrider. Jamais décevant, celui-ci brille une fois de plus ici en proposant une expérience de conduite tout bonnement délicieuse. Le démarrage de l’assistance est sans latence, effectif avec une légère pression sur l’une des pédales. Puis le moteur agit de façon progressive, naturelle et devient puissant quand il le faut. Pas d’à-coups, pas de bruit trop élevé, un pur délice, on adore toujours autant !

Par ailleurs, sa forte puissance – 75 Nm de couple et 600 W de puissance en crête – associée à une cassette arrière de 9 vitesses à l’amplitude correcte (11-36T) permettent d’obtenir un excellent rendement. Sur du plat, on ira très facilement à 25 km/h et on dépassera sans aucun mal cette limite pour atteindre les 27 à 28 km/h sans trop d’efforts en musculaire. En montée, le plus grand des pignons se régale du couple offert et permet de gravir des montées très raides à une vitesse soutenue (12 à 18 km/h) sans réaliser trop d’efforts musculaires.

Du bonheur, donc, que l’on pourra faire varier en recourant au mode Turbo dans les montées ou au mode Automatique dans la plupart des autres cas. Là, le système Bosch ajustera le niveau d’assistance en fonction de la cadence de pédalage et de la pression exercée. Un mode auto réactif, que l’on apprécie et qui vous fera arriver au travail sans dégouliner de partout.

Au passage, le dérailleur Shimano Alivio RD-M3100-SGS utilisé se montre correct en étant nettement plus précis qu’un classique Altus. Les claquements de chaîne restent néanmoins fréquents quand on change trop rapidement de vitesse, mais son utilisation reste néanmoins confortable.

Le vélo est par ailleurs très agile, son cintre peu courbé permettant d’obtenir une belle précision dans les mouvements. Cette précision, couplée à la forte réactivité du moteur, donne un caractère très joueur à ce vélo que l’on a adoré piloter sur les pistes cyclables de la Route des Vins en Alsace. Prendre les petits sentiers sans avoir à trop se soucier de la nature du sol et avec une belle capacité de franchissement : ce vélo est un régal à piloter, il donne le sourire !

Et, surtout, il se montre très sécurisant avec son système de freinage Shimano MT200. Ce kit de freins est également un des grands chouchous de la rédaction, tant il procure une excellente progressivité et un très bon mordant. Un freinage précis et vif au programme, d’autant que les disques de 180 mm à l’avant comme à l’arrière sont parfaitement dimensionnés pour ce vélo. Les pneus aident par ailleurs à garder le contrôle lors des freinages d’urgence, tant sur chaussée sèche que mouillée.

Autonomie : champion d’endurance

 

En optant pour une batterie PowerTube de 625 Wh, Cube a pris le parti de proposer un vélo avec une très forte autonomie. Le mode Turbo permet d’atteindre facilement 80 km sur route vallonnée. Passer à un mode inférieur, et notamment au mode d’assistance automatique, fera réaliser plus de 100 km sans aucun problème ! De quoi envisager de belles randonnées. Par ailleurs, ce type de batterie a pour avantage d’être simplement remplaçable, une batterie Bosch pouvant être vu comme un « standard » qu’on pourra changer chez n’importe quel vélociste agréé Bosch.

Facilement délogeable, la batterie peut être rechargée n’importe où – la charge peut aussi se faire directement sur le vélo. Le chargeur 4 A fourni permettant de faire le plein en un peu plus de 4 h 30 ensuite (0 à 100 %).

L’avis de Cleanrider

 

NOTE GLOBALE
Confort & ergonomie
Conduite
Autonomie

Très équilibré dans sa dotation technique, superbement agile et diablement vif avec son moteur Bosch Performance Line, le Cube Touring Hybrid One 625 nous a particulièrement convaincus ! Ce vélo est très bien fini, propose un excellent confort avec une selle et des poignées ergonomiques exemplaires et, par-dessus tout, offre une autonomie monstrueuse ! Un ensemble gagnant pour un vélo qui affiche un charme certain. Parfait pour un usage quotidien, en ville, mais également en randonnée où sa vivacité fournit un plaisir indiscutable.

On a aimé On a moins aimé
  • Puissance moteur.
  • Confort général.
  • Bien équipé.
  • Freins progressifs et mordants.
  • Pneus convaincants.
  • Autonomie monstre.
  • Connectivité Bosch.
  • Feu arrière sans fonction stop.
  • Pas de tige de selle suspendue.

Régis Jehl
Régis Jehl

Rédacteur en chef adjoint

Journaliste depuis 20 ans, Régis est Rédacteur en Chef Adjoint de Cleanrider. Il est spécialisé dans les nouvelles technologies, les vélos électriques et passionné d’automobiles électriques. Une mixité d’intérêts qui lui permet d’avoir un attrait naturel pour tout ce qui touche au domaine de la transition énergétique.

L’affiliation chez Cleanrider

Ce contenu vous est proposé par nos rédacteurs. Il est possible que cet article comprenne des liens d'affiliation : l'e-commercant pourra alors nous reverser une commission lors de l'achat d'un article. Pour vous, rien ne change. Les prix indiqués dans cet article sont susceptibles d'être modifiés.

En savoir plus


Tous les modèles de vélos électriques

Sur le même sujet

Annonces

Commentaires

1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
PhL
23 heures il y a

On a tellement l’habitude de présenter des vélos minimalistes qu’un vélo « normalement équipé » devient « parfaitement équipé ». En quoi l’est-il celui-ci ?
Pourquoi un vélo de ville devrait-il rouler dans les sentiers ? C’est stupéfiant comme les sites qui présentent des vélos nous les montrent systématiquement dans un contexte de tout-terrain. Perso, j’évite ces voiries car je suis certain de prendre une fuite et bonjour les inconvénients.
Et enfin, il y a pas mal de vélos moins chers dont les caractéristiques sont supérieures ou égales à celui-ci.
Donc, pas séduit du tout.