Essai Horwin EK3 : ce scooter électrique 125 a tout pour plaire

Nass · 1 Nov 2022 18:30 · 4
Essai Horwin EK3 : ce scooter électrique 125 a tout pour plaire

Un scooter électrique urbain vif et compact, parfaitement adapté au quotidien. Voici le programme du nouveau Horwin EK3, un équivalent 125 pratique et plutôt bien équipé.

Lecteur assidu de Cleanrider, vous connaissez déjà la gamme de motos et scooters électriques Horwin. Des modèles prometteurs doublés d’un rapport qualité/prix très correct. On se concentre aujourd’hui sur le petit 125 urbain de la gamme, le Horwin EK3. Alors, que vaut le scooter électrique autrichien ?

Le Horwin EK3 côté look : mignon tout plein

C’est la première chose qui nous vient à l’esprit ! Le Horwin EK3 est un scooter électrique aux lointaines évocations de petite Vespa modernisée. Un design doux et incurvé, pas d’angles saillants, une conception épurée : son allure est « apaisante ». L’éclairage tout LED du scooter s’intègre parfaitement au tablier et aux coques, ça ne dépasse nulle part.

On retrouve une bande lumineuse et un phare à l’avant, et deux bandes lumineuses dans le même goût à l’arrière. Une intégration impeccable qui participe à la qualité perçue de cet EK3 et lui donne un air high-tech. Les plus observateurs remarqueront également la présence d’éclairages latéraux. Ces derniers sont cependant déconnectés de série car non autorisés par chez nous. Ils ne sont pas perdus pour autant, puisqu’ils peuvent faire office de logos publicitaires grâce à un sticker par exemple. De quoi les transformer en marquages rétro-éclairés au besoin !

Tout ce qui est petit est mignon, le Horwin EK3 le prouve. Ses dimensions : 1,90 m de long, 69 cm de large, 1,13 m de haut. L’empattement totalise 1,32 m et la selle culmine à 780 mm. Ce qui en fait un e-scooter très accessible, plus proche d’un Piaggio One que d’un Silence S01.

Pour le reste, le look reste classique et quelque peu thermique en partie basse. Car l’EK3 opte pour un moteur en position centrale, et donc une transmission par chaîne en l’occurrence. Un bon mélange de modernité et de sobriété, sans tomber dans le « trop » futuriste souvent inhérent à l’électrique. Assemblages et finitions sont globalement très soignés sur ce scooter électrique. Finalement, seuls les lettrages et logos de part et d’autre de l’arrière sont de trop à notre goût. En particulier le lettrage chromé « EK3 » façon automobile, un peu « grossier » ici. Mais c’est un détail.

Au guidon : confort et ergonomie

Le Horwin EK3 nous accueille sur une selle généreuse et confortable, aussi bien pour le pilote que pour le passager. L’assise est moelleuse et large juste ce qu’il faut. On a les pieds bien à plat avec nos 1,80 m, tout en restant bien assis. En position de conduite, le dos est droit et les bras un peu repliés (petit scooter oblige). La surface au plancher est correcte mais les grands pieds dépassent un peu faute de place en longueur. Pour les 42 et plus, il faudra écarter les pieds au risque d’être pris entre la coque et le tablier.

À l’arrière, le passager bénéficie d’une large poignée, ainsi que de repose-pieds escamotables. L’EK3 se révèle être tout à fait confortable en ville, et ne provoque pas de gène particulière. Les petits rétroviseurs ronds sont fonctionnels, mais on se serait passé du pare-brise qui équipait notre modèle. La faute à quelques reflets intempestifs lors de notre parcours sous un grand soleil. Passé ce détail, l’expérience est moderne et très complète derrière le guidon.

Le Horwin EK3 s’équipe d’une instrumentation numérique plutôt aboutie, mais aussi et surtout très lisible en toutes circonstances. L’écran de bord indique vitesse, mode de conduite, totaliseur kilométrique, état de charge et ampèremètre. Sans oublier l’indicateur du régulateur de vitesse, qui équipe le scooter de série. Une fonctionnalité très pratique en zone extra-urbaine afin de préserver confort et autonomie.

A défaut d’être particulièrement sexy, les commandes au guidon sont fonctionnelles et remplissent leur rôle. Côté pratique, l’EK3 dispose de l’accès mains libres, d’une prise USB, et d’une marche arrière pour faciliter les manoeuvres. Autant d’aspects qui en font un scooter complet et agréable à utiliser au quotidien.

Performances et autonomie : 100 km/h réels !

Le Horwin EK3 repose sur un moteur électrique avec transmission par chaîne. Moins silencieux que les scooters avec moteur dans la roue arrière, il n’en est pas moins réactif.

Donné pour 95 km/h, le scooter atteint aisément 100 km/h (sur Waze !) en mode 3. Les modes 1 et 2 limitent quant à eux la vitesse à 30 et 70 km/h. Avec 3,5 kW (6,2 kW en crête) et 189 Nm de couple, l’EK3 est plaisant en ville et au-delà. On évitera cependant l’autoroute, faute de vitesse maximale et de protection suffisantes. Les accélérations sont franches et s’accompagnent d’une partie cycle suffisamment sérieuse.

Notre modèle d’essai était un peu ferme, mais le double amortisseur arrière est réglable pour un peu plus de souplesse. Le comportement général et les performances nous mettent en confiance. Pas d’ABS en revanche, mais un freinage combiné efficace bien que parfois intrusif dans les leviers.

Le Horwin EK3 s’appuie sur une batterie amovible de 2,88 kWh (72 V / 40 Ah) et 18 kilos. Celle-ci annonce 85 km d’autonomie pour 4 heures de recharge (prise domestique). Située sous la selle et facile à manipuler, elle peut être doublée d’une seconde batterie pour atteindre 170 km. Au détriment de l’espace de rangement, qui sinon peut accueillir un casque jet.

Une conduite mixte nous permet plutôt 60 à 70 km réels par batterie. Soit 120 km au total selon les différentes limitations. Les 30 km/h du mode 1 maximisent l’autonomie, contre 90 à 100 km/h en mode 3 ! Le mode 2 reste le compromis idéal en urbain et périurbain, jusqu’à 70 km/h. Notons toutefois qu’il faudra intervertir les batteries en cours de route une fois la première vide. Le scooter ne passe pas automatiquement d’une batterie à l’autre, comme le fait le Yamaha Neo’s par exemple.

Horwin EK3 : à partir de 5 490€

Vous l’aurez compris, la configuration à deux batteries est indispensable si vous roulez au-delà des limites de la ville. Un choix qui affecte néanmoins la capacité d’emport et le poids total, qui passe de 95 à 113 kg. Opter pour deux batteries a aussi un impact non négligeable sur le prix, qui passe de 5 490 à 6 990€. Soit 1 500 € pour la batterie supplémentaire.

Le Horwin EK3 n’en demeure pas moins un scooter électrique soigné et abouti, ce qui en fait un challenger parfaitement légitime sur le segment des scooters 125 électriques.


Sur le même sujet

Annonces

Commentaires

4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Juriraptor
8 jours il y a

Encore une présentation qui s´arrette à l´aspect visuel. Un 125 électrique sans ABS c’est une hérésie! Mais personne ne le dis jamais. Vous préférez vous extasier sur les rétroviseurs ou les clignotants à led. Faible…

Pelletier
8 jours il y a

Bonjour .

L’autonomie réelle de ce scooter est d’environ 60 KM en cycle mixte avec une batterie . Ne pas compter faire plus de 80km sur du plat en mode 1 si vous faites 80kg.

Il y a un défaut très gênant au niveau de la batterie dont l’article omet de parler !

Celle ci se met à donner des info erronées au niveau de la charge .
2 fois sur 3, la batterie se met à clignoter en nous indiquant qu’elle est vide après une charge et conserve cet état tout au long de l’utilisation du scooter .

Ce défaut se produit de façon aléatoire , que la charge soit complète ou non , qu’il fasse froid , chaud ou tempéré aucun lien non plus !

Donc impossible de savoir où nous en somme pendant la conduite .
Le scooter , lui , roule normalement.

La seule solution regarder le compteur kilométrique pour ne pas tomber en panne, ce qui nous est arrivé 2X .

Nous avons fait changer la batterie après avoir fait constater le défaut au vendeur .
Nouvelle batterie neuve , nouvelle charge , nouvelle panne avec exactement le même défaut constaté.

La seule réponse obtenu c’est « on a jamais vu ça c’est quant même bizarre ! »

Donc si vous êtes dans la même situation après avoir acheté ce modèle faites vous connaitre , cela prouvera au vendeur que je ne suis pas le seule au monde …..

Enfin un petit coup de geule à propos de l’éclairage, les lumières latérales une des raisons de notre achat , sont débranchées par le vendeur au nom d’une réglementation que je n’ai pas trouvé ( ou est l’article de loi? )

Si cette réglementation existe vraiment je trouve incroyable qu’un élément de sécurité prévu par le fabricant puisse être désactivé sur un 2 roue extrêmement vulnérable de nuit !

Depuis que je l’ai rebranché les vehicule font plus attention le soir, car le gabarit du scooter est parfaitement visible sous tout les angles .
Et pour le conducteur du scooter cela permet d’éclairer un peu les bas côté sur les routes de campagne.

Par contre les poids lourds entourés de lumière comme des sapins de Noël ou bien les voitures avec phares led ultra puissants qui vous expose les yeux à chaque croisement eux ne semblent absolument pas concernés par cette mystérieuse réglementation.

Untypelambda
10 jours il y a

« intervertir les batteries en cours de route une fois la première vide » Quelle idée formidable.

Diviis
14 jours il y a

85km d’autonomie avec un batterie 40Ah sur un 125 qui monte à 100kmh…

Il serait intéressant de communiquer les autonomie réelles OU de préciser que l’autonomie rapportée n’est valable que si on roule à 50kmh, en pesant 70kg et sur du plate malgré les caractéristiques techniques lui permettant d’atteindre 100kmh.