Essai vélo électrique Dance : une bonne affaire en location ?

Nicolas Valeano · 3 Juin 2022 16:55 ·
Essai vélo électrique Dance : une bonne affaire en location ?

Les services de location de vélos sans engagement, façon Netflix, croissent et se démultiplient. Parmi les derniers arrivés en France, la start-up allemande Dance et ses modèles très design. Mais le ramage vaut-il le plumage ? Nous l’avons testé plusieurs semaines pour mieux y répondre.

Se trouver un nouveau destrier pour un mois, un an ou plus est un jeu d’enfant avec des services comme ceux de Dance. Il suffit de s’inscrire sur le site et de prendre rendez-vous pour une livraison dans les jours suivants. Au choix, deux formules permettent de louer sans engagement (69 €/mois) ou avec un an d’engagement (49 €/mois), comprenant l’entretien et les réparations. Ces tarifs sont des promos de lancement pour ce service disponible à Paris depuis avril, ils seront relevés de 10 € dans quelque temps. En cas de vol d’un vélo attaché, une franchise de 100 € est retenue et il est remplacé sous 24 heures. Une utilisation à des fins commerciales (livraisons) n’est pas acceptée, contrairement à Swapfiets par exemple. Dance propose en revanche un service pour les entreprises qui souhaitent en faire profiter leurs collaborateurs pour les trajets domicile-travail.

À lire aussi Essai Swapfiets Power 1 : le Netflix du vélo électrique

La livraison se fait à domicile, tout simplement : quelques explications rapides (la mise en mains est assez simple) et vous voilà seul(e) avec votre vélo Dance, son chargeur, support de smartphone et antivol U, et c’est parti pour une expérience avec ce nouveau compagnon de route…

La selle se règle simplement avec une clé fournie (guidon fixe), la connexion à l’appli permet de localiser le vélo, de verrouiller via Bluetooth l’antivol intégré bloquant la roue arrière comme sur les vélos hollandais et de connaître les chiffres clés de ses trajets (distance parcourue, équivalent CO2, vitesse moyenne), voire de contacter l’assistance ou de prendre rendez-vous pour une réparation.

On peut aussi utiliser le support fourni, de qualité, pour fixer son smartphone et l’utiliser comme tableau de bord indiquant la vitesse. Pour le reste, pas besoin de connexion, il suffit de charger la batterie et de pousser le bouton “on”. Le niveau de charge est indiqué par des segments lumineux sur le petit module de commandes et la couleur change selon le mode d’assistance choisi. Il est donc possible d’utiliser ce modèle en mode “low tech”, un bon point.

Présentation haut de gamme

Notre vélo est la version à cadre ouvert nommée Dance One Step, très design avec son cadre alu bleu ciel irisé intégrant batterie et câbles, contrastant avec le noir sobre des jantes et accessoires. Les finitions sont soignées, la présentation fait haut de gamme et les détails sont bien pensés, comme l’intégration du feu arrière dans le garde-boue, la courroie carbone ou la selle fine, mais confortable. La marque ne donne pas l’impression d’être allée à l’économie et c’est plaisant !

Facile à prendre en mains avec son ergonomie évidente, son gabarit compact, son large guidon et son bon équilibre, ce vélo électrique de 21 kg ne fait pas ressentir son poids à son guidon, même en manœuvres. Le moteur de 250 W dans le moyeu arrière a été conçu par la marque, tout comme le cadre. Il est prompt au démarrage, sans réelle latence agaçante et il fonctionne en silence total.

À lire aussi Nouveaux VanMoof S5 et A5 : des vélos électriques pour tous les cyclistes

1 vitesse pour tout faire

Deux modes d’assistance peuvent être choisis mais nous préférons vite le plus puissant des deux, plus apte à compenser l’absence de dérailleur. La démultiplication de l’unique vitesse offre un bon compromis, pas trop à la peine dans les montées, du moins avec le mode d’assistance maxi, même si on déconseillerait un tel modèle à des Montmartrois. La batterie de 353 Wh étant donnée pour 55 kilomètres d’autonomie, cela laisse le temps de voir venir et en une journée à sillonner Paris de long en large, aucune frayeur de rester en rade, ou plutôt, de devoir transpirer plus que de raison…

La recharge se fait en 2 à 3 h, une fois la batterie sortie de son logement parfaitement intégré dans le cadre. Attention cependant à ne pas la laisser se cogner sur un rack à vélos ou un poteau par exemple, chaque petit choc laisse une marque sur sa peinture, tout comme le cadre, très sensible.

Les pneus anticrevaison de bon diamètre offrent un confort tout à fait appréciable, les freins à disques hydrauliques délivrent une puissance respectable et à la conduite, on est immédiatement à l’aise sur ce vélo facile et équilibré. Au final, cela donne plutôt envie de le garder ! Reste que sur le long terme, une telle solution deviendra moins rentable qu’un achat classique.

À lire aussi Essai Motto : faut-il craquer pour le nouveau vélo électrique par abonnement ?

Vélo électrique Dance : le bilan de l’essai

Vélo électrique Dance : principales caractéristiques
  • Poids : 21 kg
  • Cadre : aluminium, batterie intégrée
  • Pneus : anti-crevaison Vittoria Randonneur Tech Graphene 2.0 en 27’’
  • Moteur : 250 W, couple NC
  • Batterie : 353 Wh, 36 V
  • Autonomie : 55 km
On a aimé :
  • Design et qualité du vélo
  • Agrément de conduite et maniabilité
  • Appli bien pensée

On a moins aimé :

  • Une seule vitesse
  • Peinture fragile
  • Pas de porte-paquets avant


Les bons plans vélos électriques

Tous nos modèles de vélos électriques

Annonces

Commentaires

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments