ebike-generation.com devient cleanrider.com

Libre-service : ils imaginent la trottinette électrique idéale

Adeline ADELSKI · 10 Nov 2020 8:00
Libre-service : ils imaginent la trottinette électrique idéale

Le designer Joshua Maruska et le « futuriste » Devin Liddell, qui réfléchissent au sein de la société de design Teague à des applications plus intelligentes des objets de demain, ont publié récemment un article intéressant sur le design des trottinettes électriques. Leur constat : elles sont mal conçues. En quelques suggestions malignes, ils proposent des améliorations simples et efficaces. à méditer.
 

Penser la trottinette idéale, un défi ?

Les trottinettes électriques se sont fait une place privilégiée dans la mobilité urbaine dite « du dernier kilomètre », celle qui nous rapproche au plus près de notre destination. Dans cet article publié le mois dernier, les deux concepteurs de Teague reviennent sur les défauts de ces véhicules électriques de plus en plus utilisés, notamment en partage. Leur position de conduite verticale présente des risques de sécurité et leur disposition aléatoire sur les trottoirs gênent la circulation des piétons. Aussi, les auteurs notent une disparité dans l’accès à ces moyens de transport pour toutes les personnes qui ne possèdent pas de smartphone, les trottinettes en accès partagé étant toujours accessible via une application mobile.

« Pris ensemble, ces défis mettent en évidence une vérité fondamentale : les trottinettes électriques que nous partageons aujourd'hui ne sont pas les véhicules que les villes auraient conçus pour les déplacements quotidiens de leurs habitants », indiquent Maruska et Liddell. « En fait, la trottinette électrique partagée idéale fonctionnerait et aurait un aspect tout à fait différent. »
 

Asseoir les passagers pour un trajet plus sûr

Premier constat : la position verticale ne laisse pas au conducteur la possibilité de réagir convenablement en cas de perturbation. S’il doit freiner brusquement, il risque d’être projeté hors de la trottinette et de se blesser. Les concepteurs de Teague notent également un problème social de cette position debout, qui place le conducteur plus haut que les piétons : « Psychologiquement, cela crée une hiérarchie artificielle dans laquelle les conducteurs de trottinette sont « au-dessus » des piétons, comme les SUV dominent les petites voitures, et les conducteurs sont tentés de contourner les piétons ».

La solution serait donc une trottinette électrique de taille unique, avec des roues plus grandes et une position assise, qui assurerait plus de confort et de sécurité aux conducteurs comme aux piétons. Et en plus, cela évitera de donner l’impression qu’on a emprunté la patinette de notre enfant de 8 ans !
 

Résoudre le problème des sacs une bonne fois pour toutes

Joshua Maruska et Devin Liddell l’ont bien remarqué : « le rangement des sacs est un défi délicat pour la micromobilité ». Lime, Bolt et autres Bird ne disposent d’aucune option pour poser ses affaires, et conduire une trottinette électrique avec un sac à dos nous expose souvent à une perte d’équilibre.

A l’instar des vélos partagés, pourquoi ne pas inclure un panier de rangement sur les trottinettes ? L’article de Teague creuse cette idée en suggérant une corbeille élégante à l’arrière des véhicules, et un crochet pour les sacs situé sous le siège. Une solution astucieuse qui pourrait même être approfondie : « Si le mécanisme de verrouillage pour le rangement des sacs est intégré à la béquille, le conducteur ne peut terminer son voyage qu'après avoir retiré son sac du crochet et enclenché la béquille. Cela garantit que les sacs ne sont pas laissés derrière et encourage le conducteur à garer la trottinette en position verticale. »

Lutter contre les inégalités d’accès aux trottinettes

En plus de réfléchir au design des futures trottinettes électriques, les auteurs de l’article s’interrogent sur le modèle économique de ces flottes partagées. Pourquoi ne pas les intégrer au système de carte de transports en commun de la ville ? « Cela permettrait un accès plus équitable, y compris pour les personnes qui n'ont pas de compte bancaire ni de téléphone portable. En effet, les services municipaux doivent être accessibles à tous, alors que l'accessibilité des services basés sur des applications fournis par les start-ups technologiques et de mobilité est généralement beaucoup plus limitée ».
 
Ces changements peuvent paraître minimes, mais ils amorceraient sans doute une transformation en profondeur de la mobilité urbaine douce, plus sûre et ouverte à tous.

Sur le même sujet

Vélo électrique : Yamaha présente un moteur encore plus performant
Fusion, le vélo électrique libre-service et longue durée
Decathlon dévoile son futur vélo cargo électrique !
Re:Move : l’étrange vélo-cargo électrique de Polestar présenté à Munich

Commentaires

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Christophe
6 mois il y a

Le décret modifiant le CR y introduisant les EDPM les finit comme suit : « Engin de déplacement personnel motorisé: véhicule sans place assise, conCu et construit pour le déplacement d'une seule personne et dépourvu de tout aménagement destiné au transport de marchandises, équipé d'un moteur non thermique ou d'une assistance non thermique et dont la vitesse maximale par construction est supérieure à  6 km/h et ne dépasse pas 25 km/h. Il peut comporter des accessoires, comme un panier ou une sacoche de petite taille »
De facto avec une selle cela devient un cyclomoteur et plus une trottinette.