Nimbus One, entre moto électrique et Renault Twizy

Gautier Bottet · 9 Juin 2022 10:30 · 2
Nimbus One, entre moto électrique et Renault Twizy

La start-up californienne Nimbus présente le prototype final de son véhicule de micro-mobilité. On pourrait résumer le Nimbus One à un mélange de moto électrique et de Renault Twizy.

C’est en Californie qu’est né le Nimbus One, dont les commandes doivent formellement débuter avant la fin de l’année. Nimbus compte opter pour une commercialisation ville par ville. L’objectif étant d’assurer une bonne qualité de service dans une ville avant de passer à la suivante. La première élue n’a pas encore été annoncée.

Le Nimbus One est donc un véhicule de mobilité urbaine. Doté de deux places en tandem, d’une carrosserie complète (structure acier, carrosserie plastique) il peut ainsi s’apparenter au petit Twizy de Renault. La comparaison s’arrête toutefois là, puisque de véritables portes sont présentes, ainsi qu’une climatisation. Pour assurer une ouverture en espace restreint, Nimbus a opté pour un mécanisme d’ouverture de porte à parallélogramme, peu courant.

Mais la différence majeure, qui rapproche le One d’une moto, c’est la configuration des roues. On ne trouve ainsi qu’une seule roue arrière, plus un mécanisme pendulaire pour incliner le véhicule en virage. À la manière d’un Carver qui a pour sa part une roue avant et deux roues arrière.

Batteries amovibles

Au rayon mécanique, Nimbus ne communique pas la puissance du moteur, mais simplement les performances : 0 à 48 km/h (30 mph) en 3 secondes et une vitesse maximale de 80 km/h. L’autonomie est attendue à 150 km en ville grâce à une batterie de 8,8 kWh. Elle est constituée, c’est dans l’air du temps, de 4 modules amovibles. Chaque module peut ainsi être chargé à domicile ou échangé.

Le Nimbus One est assez connecté, avec des fonctions de mise à jour et de gestion des fonctionnalités à distance. Ce qui ouvre bien entendu la porte aux services de partage. Nimbus compte bien vendre son engin aux particuliers, pour 9 980 dollars ou 200 dollars par mois. Mais la start-up est aussi en discussion avec des sociétés de services de mobilité. Pour le moment uniquement aux États-Unis.


Sur le même sujet

Annonces

Commentaires

2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Philippe ORVAIN
3 mois il y a

@lumeneo …depuis 2008 !