Road-trip en moto électrique : la chevauchée des watts en Energica EVA EsseEssE9 RS

Pascal Houssard · 10 Oct 2021 9:41
Road-trip en moto électrique : la chevauchée des watts en Energica EVA EsseEssE9 RS

Avec son nouveau moteur onduleur EMCE et sa batterie de 21,5 kWh, l’Energica EsseEsse9 RS est-elle une bonne moto pour partir en week-end en duo ? A-t-elle suffisamment d’autonomie, sa recharge sera t’elle facile, performante et économique ? Rien de tel qu’un road trip de Nantes à Saint Martin de Ré pour mettre la moto à l’épreuve…

C’est grâce à Vincent Toulgoat concessionnaire à Haute Goulaine (44) sous l’enseigne Electroad que j’ai pu réaliser ce voyage et tester l’Energica EVA EsseEssE9 RS en conditions réelles sur un long trajet. Passionné de motos et complètement engagé dans la transition énergétique, le gérant d’Electroad distribue la marque Energica dans douze départements en Bretagne et Pays de la Loire, principalement. Au sein du magasin pas de fumantes, du deux roues électriques et que cela. Ici on connait le métier !

Devant l’établissement la bête est là, toute belle et immatriculée en Italie, normal c’est une machine du parc presse. Une belle moto électrique forte de 109 ch offrant une autonomie mixte de 246 km selon le constructeur. Soit largement de quoi rejoindre l’ile de Ré depuis Nantes.

Un peu d’appréhension au départ

Départ plein de watts de la concession direction La Genétouze en Vendée pour une halte déjeuner et recharge chez des amis électromobilistes. Un premier parcours sur routes départementales de 60 km.

Avouons-le tout de suite : je partais avec un brin d’appréhension. A regarder des vidéos d’essais, j’avais le sentiment que mes oreilles souffriraient d’un bruit de transmission désagréable et que le poids conséquent de la machine – 256 kg – réduirait le plaisir de pilotage. Suivant les conseils de Vincent, j’ai réglé la moto en mode Urban – l’un des quatre modes proposés avec le Sport, l’Eco et le Rain – et activé le niveau « Medium » pour la récupération d’énergie.

Evidemment le poids de l’engin est conséquent et je me rends vite compte dès le premier giratoire serré que je ne ne chevauche pas un agile roadster de moins de 200 kilos. Mais rien de bien gênant et cette appréhension disparait vite pour un motard habitué à des machines d’un poids conséquent. En dehors de cet aspect rien à signaler, la machine file avec aisance sur un filet de Watt, la puissance est bien là et le bruit ne me gêne nullement pas plus que ma passagère. Pas de différence avec un BMW C Evo par exemple. Au guidon les sensations sont très proches de la Zéro SRF que j’avais essayée à sa sortie.

Au premier arrêt,  restauration de l’homme et de la machine. Parti avec 97 % d’autonomie, j’arrive avec 62 %. J’utilise le câble de recharge domestique de mon ami électromobiliste pour 2 heures 50 de charge sur une prise renforcée Green Up de Legrand. La machine charge en 10 A puis 13 A. Nous regardons amusés les leds du phare avant tourner en cercle durant la charge. Plutôt joli.

Pour la seconde partie de notre périple, nous prenons la direction l’ile de Ré que nous rejoignons après 117 kilomètres via Luçon (85) où j’envisage de tester la borne de recharge rapide des quatre chemins exploités par le Syndicat d’Energie de la Vendée , le SyDEV. Bien que Vincent m’a demandé au départ si j’avais une carte de recharge, je découvre que je n’en ai aucune avec moi, toutes restées à la maison. Pas grave, ici je suis en terre de connaissance et je saurais trouver un électromobiliste qui m’assistera si besoin.

Route sans encombre plutôt chargée en fin de journée, passage du péage au pont de l’ile de Ré (3 € pour une moto). Au démarrage une Ducati Pannigale me regarde avec étonnement et hésite à me décrocher. Il s’arrête en bas du pont sur l’ile pour me regarder toujours aussi surpris par cet engin silencieux.

A l’arrivée à l’hôtel l’autonomie restante est de 36 %. Prévenu l’établissement me donne accès au garage fermé et je branche la machine sur une simple prise qu’il dédie à la recharge des batteries des vélos à assistance électrique.  L’ordinateur de bord prévoit un temps de charge complet de 3 heures 35.

Le bilan de cette première journée est très positif et j’ai apprécié tout autant la facilité de pilotage que sa très grande souplesse et équilibre dans les petites rues pavées de Saint Martin. Débarrassé de l’embrayage on se concentre exclusivement sur la trajectoire. Les quelques habitants croisés dans les rues étroites sont étonnés et plutôt ravis par l’absence de bruit ou plutôt le léger sifflement de l’Energica. Pas de fatigue au guidon et ma passagère ne se plaint pas de sa position et du confort de suspension. Très bien accueilli par Amélie de l’hôtel Le Galion, un très bon établissement en plein cœur de Saint Martin de Ré qui me permet de rentrer la moto dans son garage fermé.

Arrêt à l’hôtel Le Galion

Au matin du deuxième jour, nous reprenons la route batterie pleine sans changer les réglages. Je me demande pourquoi la marque a retenu le mot Urban et pas Road pour mon mode de conduite tant il y a de puissance à la poignée. Vincent m’avait prévenu qu’elle était très réduite par rapport au mode sport. Dans l’optique d’un voyage en duo et en éco tourisme je n’en vois pas l’utilité.

Une moto électrique AC/DC

Après un tour par le vieux port de la Rochelle, on file à bonne allure à travers le marais poitevin vers la borne rapide de Luçon où des amis électromobilistes allemands présents en Vendée viennent nous rejoindre pour nous permettre une recharge rapide avec leur carte personnelle. La force de cette Energica c’est sa recharge en AC (courant alternatif) et DC (courant continu).

Comprenez bien qu’elle n’est pas adepte du groupe ACDC encore que, en mode Sport, c’est plutôt du « heavy Watt » pour costauds, mais la belle aime tout autant la simple prise de votre garage qu’une borne rapide qui délivre du courant continu. Son port de charge sous la selle est de type Combo CCS. Arrivé avec 65 % d’autonomie je repars avec 95 % en moins de 10 minutes la puissance moyenne de recharge étant indiquée à 23 kW et encore 10 kW à 90 % de recharge. Comme pour une voiture électrique, inutile de prolonger longtemps l’exercice. Nous arrêtons la charge à 95 % et prenons la route de Nantes via La Roche sur Yon. Facturée au kilowattheure et non au temps comme sur le réseau Ionity, par exemple, cette recharge aura coûté environ 2,50 euros pour 7 kWh injectés. Cela équivaut à 3 euros maximum pour 100 km de route, des valeurs proches d’une Renault Zoé par exemple.

Il faut bien retenir que la présence de bornes rapides DC en France comme à l’étranger permet à cette moto électrique d’élargir considérablement son rayon d’action au-delà de l’autonomie initiale.

220 à 240 km d’autonomie réelle

Sur le trajet retour, la route vers Nantes est avalée à une allure soutenue avec quelques accélérations pour des dépassements. Je reste convaincu que le mode Urban est parfaitement adapté à ce déplacement offrant souplesse et puissance suffisante.

A l’arrivée chez Elecroad, après une étape de 74 km, la moyenne relevée est de 8 kWh/100 km sur la dernière section. Ce qui donnerait en théorie 220/240 km d’autonomie réelle en usage routier. Une estimation proche des valeurs annoncées par le constructeur. En solo et en mode Eco on consommerait sensiblement moins.

Bilan essai Energica EsseEsse9 RS

On a aimé On a moins aimé
  • La recharge très polyvalente AC et DC lui permettant d’utiliser toute la panoplie de bornes déployées sur route et autoroute
  • Le confort de pilotage
  • L’économie de fonctionnement dans des modes non sportifs qui garantit l’autonomie déclarée par le constructeur
  • Les poignées de maintien passager, trop petites et mal positionnées
  • L’écran TFT qui comporte des informations utiles mais parfois trop petites
  • L’absence de rangement dédié pour le câble de recharge qui nécessite sac à dos ou sacoche

Mes remerciements très chaleureux à Vincent Toulgoat d’Electroad qui a mis la moto électrique à ma disposition et prodigué de bons conseils d’utilisation et l’hôtel le Galion à Saint Martin de Ré qui nous a accueilli avec enthousiasme. Plus Alain, Annie Dunja et Thomas qui m’ont facilité des recharges test sur le trajet.

Sur le même sujet

SEAT MÓ 125 : le scooter 125 électrique en 5 points

Commentaires

2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
PG
6 jours il y a

Bonjour,
Bravo Pascal, et merci CLEANRIDER de publier cet article.
Tous les témoignages pour montrer qu’on peut se faire plaisir sur des grands parcours avec une moto électrique, (ou un autre véhicule électrique) sont important pour ne pas laisser dire n’importe quoi, surtout par des gens qui ne l’on ni fait ni même essayé.
Nous rentrons d’un trip en Transylvanie. Nous étions 4 voitures et ….UNE ENERGICA.
Près de 6000 km en environ 15 jours (ça peut aussi se faire en vélo, rien n’arrête un passionné) , dans des pays ou l’on pourrait croire que les bornes CCS manqueront.
Et bien toutes les recharges de l’ENERGICA et de nos voitures ont pu être faites ainsi, même si, une fois la puissance de charge descendant logiquement sur la CCS ((autour de 80% de charge), celui qui y était basculait tout aussi logiquement sur une 22kW standard pendant et libérait la CCS pour un autre (ça devrait faire partie des règles de bonne utilisation des réseau !!!).
Jérémie Noirot nous a quitté à Clermont FERRAND pour remonter à PARIS ce dimanche .9/10/21, ce qui n’était pas non plus un trajet de tous les jours, après le périple suivant :
Départ de BESANCON le 22/09/21 pour STUTTGARD, puis le 23, MUNICH le 24, VIENNE le 25, BUDAPEST le 26 (2 jours sur place), CLUJ NAPOCA le 28, BRASOV le 29 (2 jours sur place), BUCAREST le 01/10, BELGRADE le 2 (2 jours sur place), ZAGREB le 4 (2 jours sur place), LJUBLJANA le 6, MODENA, RECU CHEZ ENERGICA, le 7, Arrêt entre MODENA et CLERMONT pour une nuit et arrivée à CLERMONT au circuit de CHARADE le 9 et chacun est rentré chez lui le 10 (PARIS, BESANCON, LE JURA, LA HAUTE SAVOIE et…..GRADO en ITALIE pour le participant italien qui nous accompagnait….
On aurait aussi pu le faire à vélo, pourtant c’est le genre de trajet que les gens ont plutot l’habitude de faire pour 15 jours de vacances en…..Thermique !!! Et Jérémie l’a fait en ENERGICA, qui a graissé sa chaine quand il le fallait, y compris avec une plaquette de beurre du petit déj à la fin car il n’avait plus d’huile dans sa burette !!! .
Bien courtoisement
Philippe

seb77
11 jours il y a

Sympa comme article, mais du coup c’était 160km par jour? (Ça fait roadtrip à vélo non?)

Il manque un mot sur l’entretien, la case vidange m’interpelle sur les Energica (oui il y a de l’huile, et meme un kit chaîne)