SuperWheel révolutionne le vélo avec une assistance… non-électrique

Adeline ADELSKI · 27 Mai 2022 11:15 · 17
SuperWheel révolutionne le vélo avec une assistance… non-électrique

L’entreprise irlandaise SuperWheel a développé une roue innovante pour les vélos mécaniques, qui utilise le poids du cycliste afin de faciliter le pédalage. Pas de moteur, pas de batterie, simplement une roue équipée de ressorts malins.

« Chaque année, notre planète génère 50 millions de tonnes de déchets électroniques et une grande partie d’entre eux, y compris les matériaux toxiques, finissent dans des sites d’enfouissement. » Ce constat donne la chair de poule à Simon Chan, le fondateur de SuperWheel. C’est pourquoi il a breveté une technologie unique de conversion du poids en énergie, pensée comme une alternative au vélo électrique.

La SuperWheel est une roue qui améliore l’efficacité du pédalage en assistant l’effort humain – sans électricité. Elle est uniquement alimentée par le poids humain. La roue contient un mécanisme interne et un système externe de ressorts. La force du poids compresse les ressorts situés dans la section haute de la roue et décompresse ceux du bas. Utilisant le centre comme pivot, ce mécanisme convertit l’énergie et réduit la force de friction dans la direction opposée, ce qui facilite la rotation. Le résultat est bluffant : le pédalage est facilité de 30 %.

À lire aussi Solexon : cette roue transforme votre vélo en vélo électrique

L’alternative au vélo électrique ?

 

Bien sûr, cette assistance a ses limites (elle sera assez peu efficace en montée abrupte et cela pourrait même endommager la roue). Mais la liste de ses qualités est longue pour les cyclistes qui ne sont pas tentés par l’électrique :

  • La SuperWheel est adaptable à la plupart des vélos traditionnels
  • Sans batterie ni moteur, le vélo reste léger
  • Aucune limite d’autonomie
  • Facile à installer
  • Aucun composant électronique polluant ou compliqué à recycler
  • À moins de 500 €, elle reste bien moins chère qu’un e-bike !

La révolution du vélo mécanique est en marche

Simon Chan raconte qu’il a commencé à réfléchir à un vélo amélioré dès ses 14 ans. Son projet a reçu un Innovation Voucher de Enterprise Ireland qui l’a aidé à financer la R&D, sur laquelle il a travaillé avec l’Université d’Ulster en 2010. En 2013, le prototype était prêt.

Aujourd’hui en pré-commande sur le site de SuperWheel à 475 €, cette roue est déclinée en deux formats : 700 mm et 66 cm. Les premières livraisons sont prévues en août prochain.

À lire aussi Que vaut le VéloSolex électrique ? Notre essai du Solex Intemporel


Les bons plans vélos électriques

Tous nos modèles de vélos électriques

Sur le même sujet

Annonces

Commentaires

17 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
cyclistz
5 mois il y a

A ranger au rayon arnaque avec toutes les autres « inventions » qui voudraient briser la première loi de la thermodynamique… 475 euros tout de même. Pour faciliter le pédalage de 30%, il suffit de changer de pignon… Ca c’est pas de la magie, c’est de la physique … contrairement au super wheel…

Lazarus
5 mois il y a

Cet article sort sur plein de sites, dont l’usine nouvelle… ça ne choque visiblement personne… ça en dit long sur le niveau scientifique, en particulier du milieu journalistique… on va dire qu’en milieu de première scientifique on demontre que ce procédé ne peut être que pipeautesque ! On est mal barrés.

Last edited 5 mois il y a by Lazarus
Louis
5 mois il y a

Mouvement perpétuel…

manu
6 mois il y a

On ne trouve pas vraiment d’explications sur le « comment ça marche ». Probablement ça récupère de l’énergie par « pompage » de l’ensemble du corps du cycliste ; aucune énergie n’est évidement créée (c’est le cycliste qui génère cette énergie de pompage), mais ça permet d’envoyer de l’énergie au vélo pas uniquement avec les jambes.
Enfin, je suppose…

abracadabra
6 mois il y a

Il va falloir revoir vos cours de physique.
Le principe de fonctionnement de cette roue est complètement bidon.
Il ne fonctionne au mieux que sur 1 tours de roues après être monté sur le vélo.
Pour recharger les ressorts, il faut descendre puis remonter sur le vélo…

Davesnes
6 mois il y a

À partir du moment où il n’y a pas de moteur, je ne vois pas ce qui empêche les coureurs cyclistes d’utiliser ce principe.

genius
6 mois il y a

Il y a juste une limite, il faut régulièrement recharger la roue avec un peu d’eau à mémoire sinon les principes de la physique risquent de s’appliquer.

Pixoedge
6 mois il y a
Reply to  genius

Bien vu ! Mais seulement durant l’équinoxe de printemps !

Michel
6 mois il y a

« conversion du poids en énergie »
Un poids = une force
Une énergie = une force x une distance dans la direction de la force
Un poids ne se convertit en énergie que s’il y a un déplacement dans le sens de la force.
Comme le cycliste reste à la même hauteur il n’y a AUCUNE énergie produite.
Encore un inventeur du mouvement perpétuel et des journalistes à sensation pas très futés.

Pixoedge
6 mois il y a
Reply to  Michel

Pour avancer avec le poids du cycliste c’est simple : descendre une pente ! 😅

Gregory
6 mois il y a

Ça aurait été sympa de donner les dimensions de la roues avec la norme etrto !

L’article est chouette sinon, et le concept prometteur. Quand est ce que vous faites une review ? 😉

Poipoi
6 mois il y a

En tant que professeur de physique je me sens un peu obligé de commenter pour vous aider à déceler la supercherie.

Toute personne capable de faire un raisonnement énergétique sait que le concept même de cette roue contredit les la loi de conservation de l’énergie (en gros de l’énergie sort de nulle part).
Le poids n’est pas une énergie mais une force. C’est la variation d’altitude d’une masse qui peut être associée à une énergie.

En l’occurrence pour se servir du poids du cycliste comme d’une force motrice il faut que le cycliste pousse d’abord sur ses jambes pour s’élever un peu.
Les ressorts quand a eux ne font qu’ emmagasiner ou restituer de l’energie ils n’en créent pas.

Sans me lancer dans un cours de physique en gros ça ne remplacera pas l’énergie contenue dans une batterie.
L’essentiel de ce concept se base sur une méprise des lois de la physique et se vend grâce un charabia pseudo scientifique.

Bob
6 mois il y a
Reply to  Poipoi

Oui tout à fait, et vous pouvez constater que vos cours ne servent pas à rien, la plupart des commentaires montrent que les gens ne sont pas dupes.

Pixoedge
6 mois il y a
Reply to  Poipoi

J’ai aussi été très intrigué par la chose. Je préfère ne pas crier au loup trop tôt. Il semblerait que même les constructeurs soit de bonne intention. Malheureusement le principe de base est effectivement complètement bidon . Les tests sur internet , sur youtube montre un gain proche de zéro plus semblable à un effet placebo. Le gain peu néanmoins exister par une répartition plus homogène de la pulsion du cycliste sur la roue arrière. Mais évidemment aucun gain d’énergie en nature. Éventuellement un petit % de perte Méca en moins. (Peut être contrebalancé par cette masse transportée en plus ?) . Pour 500€ ça me paraît bien cher.

Hach
6 mois il y a

Comprendre la simplissime loi de conservation de l énergie (niveau terminale) permet de discréditer immédiatement ce genre « d’innovation »

Pixoedge
6 mois il y a
Reply to  Hach

+1 0/20 pointé en physique.

Olivier Levillain
6 mois il y a

Hum, n’importe quoi à mon humble avis !
Selon ce principe, n’importe quel poids permettrait de gagner 30% d’efficacité énergétique sur une roue quelle qu’elle soit. Le mouvement perpétuel vient d’être réinventé…