Ultra léger et pas très cher, le vélo électrique urbain Tezeus C8 offre cadre carbone et intégration de Google Maps

Matthieu Lauraux · 18 Jan 2024 15:00 · 1

©Tezeus

La startup chinoise Tezeus lance son tout premier vélo électrique, le C8. Un modèle urbain aux lignes minimalistes et qui se veut très léger avec son cadre en carbone. L’entreprise joue également la carte de la connectivité et propose un large écran tactile avec Google Maps intégré.

Faillite de VanMoof, affaire des batteries Angell chez Carrefour, hausse conséquente des prix Cowboy… L’année 2023 semble avoir calmé bien des ardeurs dans le monde des vélos électriques connectés et épurés ! Et pourtant, on recense encore et toujours de nouveaux produits visant les technophiles avec, notamment, Tezeus et son récent vélo électrique urbain C8.

Carbone et connectivité au programme

Ce vélo électrique résolument urbain est rigide, sans suspension, et sans équipement (hors béquille), donc très épuré. Le design minimaliste rejoint ainsi la cohorte de ce type de vélo façon Tenways. Sans soudure apparente, aux tubes plutôt fins, avec une batterie 360 Wh se fondant dans la poutre diagonale, un feu arrière intégré, le Tezeus est séduisant.

Tout en carbone, le vélo électrique annonce 15 kg, grâce à un petit moteur développé en interne. Pesant 2,6 kg et à 60 Nm de couple, il propose une assistance adaptative type Cowboy et se voit lié à une transmission single speed via courroie. Autre curiosité, les freins sont hydrauliques, mais sans câbles apparents. On serait face à une intégration assez originale ! Les pneus sont pour leur part de référence inconnue. La simplification court jusqu’au guidon, similaire à celui d’une trottinette électrique, ne laissant que les poignées, la sonnette en format anneau, et un écran central tactile de 5 pouces rappelant celui des Angell.

Le C8 n’est toutefois pas un VAE basique, puisque la console recèle de fonctionnalités. Connecté, le vélo de Tezeus serait conçu autour d’un système propriétaire basé sur Linux, avec navigation GPS sur Google Maps, alerte de tentative de vol sur application et fonction de déverrouillage électronique de la batterie (donc sans clé). Petit plus, le feu arrière sert de radar alertant l’approche de véhicules comme un Garmin Varia.

Attention, marque mystérieuse ?

Toutefois, Tezeus c’est quoi ? Cette nouvelle startup ne donne aucun nom ni origine précise, il faut ainsi creuser pour comprendre qu’elle vient de Hong Kong (Chine), où semble basé son siège (adresses de contact en .cn). Son site web indique aussi trois investisseurs mystérieux, dont nous avons cherché leurs noms sur Internet, sans preuve de leur existence.

Tezeus lance également son vélo sur Indigogo, plateforme parfois aux marques disparaissant avant même la production, et sans stratégie de SAV pour les clients. Pour précision, aucune durée de garantie n’est visible, pas de réseau de revendeurs ou ateliers, et on lit qu’une réparation est impossible sans l’aval de la marque.

Néanmoins, ce vélo électrique Tezeus C8 est un beau produit prometteur. Sa présence au dernier CES 2024 à Las Vegas, ou des ambassadeurs tels que le champion de BMX Connor Fields ou l’ex-footballeur anglais Michael Owen, rassurent sur le fait que la firme existe bel et bien et que le vélo électrique est prêt.

Les livraisons démarreront en avril précise la marque (Europe et Amérique du Nord prévus), tandis que la campagne Indiegogo débutera le 22 janvier, avec des réductions au lancement :

  • 1 999 € (-45 %) pour les 100 premières unités
  • 2 199 € (-40 %) pour les 200 suivantes
  • 2 699 € (-25 %) ensuite
  • 3 635 € environ pour le tarif de base

Des options seront possibles à -45% au lancement, comme les gardes-boues (49€), le moyeu Lofandi 3 vitesses automatiques (199 €) ou une batterie supplémentaire (269 €).


Annonces

Commentaires

1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Louis
1 mois il y a

Je dirais qu’il s’agit en tout cas d’un VAE intéressant mais je pense aussi que la légèreté coûte un peu cher compte tenu du manque de vitesses et de l’essentialité des commandes au guidon. De plus j’ai des doutes sur l’association de Linux avec G. Maps (logiciel libre contre commercial) et les câbles de freins probablement difficiles à remplacer.