Essai VanMoof S5 & A5 : les nouveaux vélos électriques connectés sont-ils à la hauteur ?

La rédaction · 31 Oct 2022 18:45 · 1
Essai VanMoof S5 & A5 : les nouveaux vélos électriques connectés sont-ils à la hauteur ?

Précurseur sur le marché des vélos connectés, VanMoof revient avec une nouvelle génération de vélos électriques, les S5 et A5. Nous avons pu les essayer lors d’une première prise en main au showroom parisien de la marque.

‘’Change is coming’’ (du changement arrive), le teasing de la nouvelle génération des vélos électriques de VanMoof laissait présager une rupture avec les générations précédentes. Présente depuis 2014 sur le marché des cycles électrifiés, la marque hollandaise a en effet réussi à se créer une marque de fabrique qui peut se résumer par des vélos designs et minimalistes, équipés d’une connectivité au top, avec notamment un système de localisation en cas de vol.

Une évolution dans la douceur

Et bien le changement, c’est en premier lieu une nouvelle couleur. Exit le noir mat, ces nouveaux VanMoof S5 (cadre haut) et A5 (cadre ouvert) arborent un gris clair et brillant (le mat, c’est tendance, mais ça se raye facilement) qui crée un contraste avec les roues, guidon et selle, qui restent noirs. Autre nouveauté, des feux redessinés et surtout des anneaux lumineux intégrés au guidon qui renseignent sur le niveau de charge et la vitesse.

Voilà pour les changements les plus visibles. On notera également l’apparition d’un support pour smartphone au centre du guidon, bien pratique, qui fonctionne avec une coque adaptée de la marque SP Connect, disponible pour la plupart des smartphones pour environ 30 €. Pas de révolution donc, mais un design qui évolue subtilement tout en gardant l’ADN de la marque. Une recette qui provoque toujours autant de regards envieux aux feux rouges…

Une batterie toujours pas amovible

Côté motorisation, les S5 et A5 ont le droit à un nouveau moteur qui développe 68 Nm de couple (et 250 W, comme la réglementation l’exige). La batterie de 47V affiche, elle, 463 Wh sur l’A5 et 487 Wh sur le S5, ce qui permet en théorie de parcourir une soixantaine de kilomètres avant de devoir charger. A propos de la charge, on retrouve le principal défaut des vélos VanMoof, à savoir l’absence de batterie amovible. Cette conception oblige à brancher directement le vélo pour pouvoir le charger. Compliqué quand on habite en appartement…

VanMoof propose néanmoins depuis la génération précédente de ses vélos une batterie additionnelle amovible qui arrivera en accessoire au mois de novembre pour ces nouveaux modèles. Elle permettra de doubler l’autonomie (441 Wh) et ajoutera près de 4 kg aux 22 et 23 kg des A5 et S5. Un accessoire utile mais qui n’est pas donné puisque cette ‘’PowerBank’’ devrait coûter autour de 350 €.

La batterie des Vanmoof A5 & S5 n’étant pas amovible, il faudra absolument d’une prise à proximité pour le recharger.

Un design au service de l’usage

Les présentations faites, place à la prise en main de ces deux nouveautés. Pour une personne d’1m80, le S5 et son cadre haut est plutôt bien dimensionné, mais le gabarit plus compact du VanMoof A5 et son cadre semi-ouvert nous ont semblé plus pratique à l’usage. Idem en circulation où les roues plus petites de l’A5 lui confèrent plus de maniabilité.

Côté ergonomie, rien à signaler, les commandes tombent sous les mains. Un bémol cependant, sur le S5 où l’emplacement de la béquille, collée à la base (la partie du cadre qui supporte la roue arrière), rend son utilisation difficile avec le pied. Un petit défaut qui peut vite devenir agaçant au quotidien. On regrette aussi l’absence d’une suspension sur la fourche pour filtrer les vibrations de la route, même si les gros pneus assurent un confort minimum.

Sur le S5, l’utilisation de la béquille est assez pénible

Met le turbo… mais pas trop

Sur la route, le duo est plaisant même si le passage sur des pavés se fait toujours avec une petite appréhension à cause du confort rigide. Côté assistance, les capteurs de vitesse et de couple assurent un bon dosage dans la plupart des circonstances. L’absence de vitesses sur le pignon ne gêne pas puisque l’électronique s’adapte de manière assez convaincante sous réserve de ne pas avoir un style de roulage trop dynamique. Les accélérations vigoureuses peuvent en effet donner parfois l’impression de pédaler dans la semoule pendant une demi-seconde avant que le moteur s’adapte pour redonner de la consistance sous la pédale. Le freinage à disque hydraulique fait le boulot et dans l’ensemble les A5 et S5 dégagent une sensation de sécurité bienvenue pour un vélo urbain.

La fonction Turbo Boost, qui s’actionne à l’aide d’un petit bouton idéalement placé sur le guidon pour bénéficier d’une assistance supplémentaire à l’accélération ou en montée est toujours aussi efficace et donne l’impression d’avoir un petit speed bike. Elle permet d’atteindre facilement 30 km/h malgré son bridage réglementaire à 25 km/h mais épuise plus rapidement la batterie.

À lire aussi Essai Cowboy 3 : que vaut le vélo électrique connecté ?

Toujours le roi de la connectivité ?

Niveau connectivité, le format de l’essai ne nous a pas permis d’associer notre téléphone et l’iPhone fourni ne proposait pas toutes les fonctionnalités comme le fameux système anti-vol ou le verrouillage électronique du vélo et son alarme. L’application était suffisamment fluide pour afficher la vitesse en temps réel. Les anneaux lumineux affichant l’autonomie et la vitesse sur le guidon sont plutôt un plus et permettent d’avoir moins les yeux sur son smartphone. On regrette que VanMoof n’ait pas poussé le concept plus loin avec des LEDs faisant office de clignotants.

Un sacré budget !

Bref, les A5 et S5 se posent davantage comme une copie améliorée des S3 et X3 que comme un vrai changement de philosophie chez VanMoof. Un positionnement qui ravira les fans de la marque qui n’ont pas de difficulté pour charger directement le vélo et non sa batterie mais qui dissuadera les autres.

D’autant qu’après une intéressante baisse de prix sur la génération précédente (moins de 2 000 € avant la crise des composants), les nouveaux VanMoof regagnent près de 1 000 € avec un prix unique à 2 998 €. Une somme conséquente qui se justifie surtout par la connectivité propre à la marque plutôt que par les performances qui peuvent se retrouver sur un Cowboy 3 (2 290 €) ou… un VanMoof S3/X3 (2 498 €).

Vanmoof A5 et S5 : bilan de l’essai

On a aimé On a moins aimé
  • Un style qui fait tourner les têtes
  • Une fonction Turbo Boost efficace
  • Fonctions connectées
  • Toujours pas de batterie amovible
  • La béquille difficile d’accès sur le S5
  • Des tarifs assez élevés

 

VanMoof A5

Envie d'en savoir plus sur le VanMoof A5 ?

VanMoof S5

Envie d'en savoir plus sur le VanMoof S5 ?


Sur le même sujet

Annonces

Commentaires

1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments