Polaris va-t-il fabriquer ce drôle de quatre-roues électriques ?

Polaris, constructeur québécois de quads et motoneiges, poursuit son incursion dans le secteur de la mobilité électrique. Dans les cartons, un drôle d’engin électrique à quatre roues, déniché par notre confrère américain rideapart.com. À la fois scooter électrique, trottinette électrique, voire brouette électrique, ce véhicule, s’il voit le jour, est un véritable ORNI (Objet Roulant Non Identifié).

La mobilité électrique inspire les constructeurs ! Que ce soit dans le secteur du vélo, avec par exemple avec Porsche et son frein magnétique, du côté des motos avec Zero Motorcycles ou Harley Davidson… les brevets pleuvent. Dernier en date, celui déposé par Polaris pour un scooter électrique tout-terrain à quatre roues.

Encore que le terme adéquat n’existe pas véritablement pour désigner cette nouvelle monture de Polaris (dont la dernière incursion dans le véhicule électrique était beaucoup plus conventionnelle). En effet, les schémas du brevet montrent une sorte de trottinette électrique à quatre roues dotée d’un pont large sur lequel peut être greffé un siège règlable. On pourra même y ajouter un dispositif de levage, un caisson type brouette, voir la transformer en souffleuse à neige.

Le futur couteau suisse de la mobilité électrique ?

Au-delà du côté farfelu des multiples déclinaisons de l’engin, c’est surtout la partie cycle qui est étonnante. Quatre roues, aux suspensions indépendantes, dotées de pneus énormes (type « spécial désert ») supportent la plateforme. Cela rappelle assez franchement les buggys de la marque. La batterie amovible se trouve sous la plateforme qui est pliable (comme l’articulation du guidon, probablement pour un rangement et un transport plus faciles).

Manifestement dédié aux loisirs et au tout-terrain, cet engin électrique ne sortira peut-être pas des cartons. Néanmoins, si cela devait être le cas, nous avons déjà trouvé un nom à suggérer à Polaris : le TSAK (Polaris aime les abréviations), autrement dit « The Swiss Army Knife » (le couteau suisse).

Jean-Luc Poncin
Jean-Luc Poncin

Journaliste

De formation scientifique, Jean-Luc est un journaliste diplômé du CFPJ. Passionné par les projets et les technologies qui gravitent autour de la transition écologique, il collabore régulièrement sur différents médias liés à l'énergie et à la mobilité.


Annonces

Commentaires

3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Gazgaz
8 heures il y a

5/6000€ pas plus ou ca ne se vendra pas sauf a quelques bobos . Bon sinon c’est rigolo .

Louis
3 jours il y a

/// nous avons déjà trouvé un nom à suggérer à Polaris : le TSAK (Polaris aime les abréviations), autrement dit « The Swiss Army Knife » (le couteau suisse) \\\
Bonne idée 🙂
Je propose « le MPV des engins à faible vitesse » 😉

PhL
4 jours il y a

Si le prix de la version de base débute à 21.500 €, ils vont cartonner, c’est sûr. Avec les accessoires et une personnalisation, à 30.000 €, j’en veux deux. C’est clair.