Sans chaine ni courroie, ce tricycle électrique veut révolutionner la livraison

Animé par une transmission électronique, le Yakbike veut remplacer les petits utilitaires pour les livraisons urbaines.

Avec la multiplication des ZFEm, le vélo cargo a le vent en poupe pour les livraisons du dernier kilomètre. Un segment sur lequel se positionne la société suisse Shematic avec le Yabike, un tricycle électrique qui s’affranchit des classiques transmissions mécaniques, par chaine ou par courroie. En lieu et place, c’est un dispositif électronique qui assure la communication entre le pédalier et les roues. Un système proche de la technologie « Free Bike » lancée par l’allemand Schaeffler en début d’année.

Au-delà de sa transmission électronique, le Yakbike dispose également d’un dispositif d’inclinaison dans les virages.

Pour le reste, le Yakbike conserve les caractéristiques d’un vélo électrique classique. Animé par deux moteurs produisant jusqu’à 170 Nm de couple, il offre une assistance maximale de 25 km/h et promet une capacité de franchissement allant jusqu’à 15 %. Cumulant 2.6 kWh de capacité, la batterie permet de parcourir jusqu’à 80 kilomètres avec une charge, un dispositif de régénération permettant de récupérer un peu d’énergie lors des phases de freinage et de décélération.

Un vélo-cargo électrique au prix d’un petit utilitaire

Equipé d’une grande caisse de stockage de 2,4 m³, le Yakbike peut embarquer jusqu’à 250 kg de colis. De quoi remplacer un petit utilitaire… D’autres configurations de caisse sont proposées et notamment une version « pick-up ».

Si Shematic invite les entreprises intéressées à prendre contact pour obtenir un devis, le prix du Yakbike débuterait à partir de 12 900 francs suisses, soit 13 500 € au cours actuel. L’investissement est conséquent. Mais il faut aussi tenir compte des gains importants réalisés en exploitation par rapport à un véhicule thermique qu’il viendrait remplacer.

Michaël TORREGROSSA
Michaël TORREGROSSA

Rédacteur en chef

Suivant le marché du deux-roues électrique depuis le début des années 2000, Michaël est rédacteur en chef et co-fondateur de Cleanrider.


Les bons plans vélos électriques

Tous les modèles de vélos électriques

Sur le même sujet

Annonces

Commentaires

1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
AntoineLolo
7 mois il y a

Vous pourriez faire un petit effort pour mieux expliquer le principe, car on comprend rien…
J’imagine que le boitier est un pur générateur: on ne pédale que pour générer du courant qui recharge la batterie. Derrière le moteur est bien « commandé » par les mouvements du cycliste, mais ce n’est pas une assistance à proprement parlé, c’est bien une propulsion pure (100% de l’énergie vient du moteur).
En gros c’est un solex quoi 🙂