Trottinettes électriques : pourquoi les femmes sont moins séduites

Adeline ADELSKI · 23 Juil 2022 8:30 · 3
Trottinettes électriques : pourquoi les femmes sont moins séduites

Dott vient de publier une étude qui révèle que 71 % des utilisateurs de trottinettes électriques sont des hommes. Comment améliorer l’accès du public féminin à la micromobilité partagée ?

L’opérateur de trottinettes et vélos électriques Dott a étudié, avec le groupe d’innovation Steer, l’écart entre les genres dans le domaine de la micromobilité en se concentrant sur le Royaume-Uni, la France et l’Italie. Les résultats sont flagrants : à la fin de 2021, seuls 29 % des utilisateurs de Dott étaient des femmes. L’écart est cependant moins important sur les marchés où les trottinettes électriques sont disponibles depuis longtemps, comme la France. Toujours est-il que Dott tire les conclusions de ces chiffres : des mesures restent à prendre pour faciliter l’utilisation des trottinettes et vélos électriques par la gent féminine.

La trottinette électrique, pas assez sécurisée ?

D’après Dott, plus de 35 % des personnes interrogées seraient intéressées par le service de trottinettes partagées, et notamment près de 50 % des femmes de plus de 45 ans. Alors pourquoi ne franchissent-elles pas le pas ? La réponse est principalement pour des raisons de sécurité. « Même si certaines femmes mentionnent la sécurité des véhicules comme une préoccupation, la grande majorité des femmes mentionnent l’infrastructure actuelle de leur ville comme le principal obstacle. Elles indiquent qu’elles ne se sentent pas en sécurité lorsqu’elles partagent la route avec des voitures et des bus sur une trottinette électrique. »

Dans une ville comme Paris, où la vitesse maximale des voitures est désormais réduite à 30 km/h et où de nombreuses pistes cyclables sont délimitées, ce problème devrait tendre à disparaître.

À lire aussi Trottinette électrique et sécurité : Trott’safe veut rendre les déplacements plus sûrs

Des services de mobilité partagée pas toujours fiables

Dott trotti

 

Parmi les autres raisons qui freinent les femmes à rouler à trottinette électrique partagée, on trouve le prix, la disponibilité et la couverture. De plus, elles se déplacent souvent avec un ou plusieurs sacs et trouvent que la conception des trottinettes ne se prête pas à leur transport. Un point pour ça.

À lire aussi Enfin une trottinette électrique avec un porte-bagage !

Formation trottinette pour débutant(e)s

Pour aider les femmes à surmonter ce sentiment d’insécurité en ville, Dott a lancé des formations sur la sécurité à Londres. Ces sessions gratuites auront lieu une fois par mois, certaines étant exclusivement réservées aux femmes. Les cours visent à fournir un environnement sûr et confortable afin qu’elles puissent essayer les trottinettes électriques, et acquérir la confiance nécessaire pour les utiliser de manière indépendante dans le trafic. Ces formations pourraient être répliquées dans d’autres villes par la suite.

Source : Dott


Les bons plans trottinettes électriques

Tous nos modèles de trottinettes électriques

Sur le même sujet

Annonces

Commentaires

3 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Drol
3 mois il y a

L’analyse prend compte que dans notre société actuelle, les personnes qui vont chercher les enfants à l’école sont plus souvent les femmes dans une famille ? idem pour faire les courses ?

Last edited 3 mois il y a by Drol
ManuMike
3 mois il y a

Où est l’analyse sur le fait que les femmes se déplacent sûrement moins souvent et en moyenne moins loin, qui fait que la trottinette leur est moins utile? Si la stat des utilisateurs de velo et de voitures est la même 1/3 femme – 2/3 homme alors pas la peine de chercher plus loin? Pas encore trouvé de sources pour confirmer/infirmer.

Untypelambda
4 mois il y a

« Dans une ville comme Paris, où la vitesse maximale des voitures est désormais réduite à 30 km/h et où de nombreuses pistes cyclables sont délimitées, ce problème devrait tendre à disparaître. »

Et bien non, car certains automobilistes ne respectent pas les voies cyclables et n’en ont rien à faire ouvertement, d’autres ne respectent pas les distances etc. Les femmes pour cela préfèrent en majorité la marche.