Mi-vélo, mi-voiture, l’étrange Podbike débarque en Norvège

Adeline ADELSKI · 15 Jan 2022 8:32 ·
Mi-vélo, mi-voiture, l’étrange Podbike débarque en Norvège

Quadricycle couvert, vélomobile électrique, voiture à pédales… On ne sait pas comment l’appeler, mais on est tous intrigués ! L’entreprise norvégienne Podbike livrera ses premiers Frikar dans les semaines à venir.

6 429 € pour la version standard

Annoncée depuis déjà 3 ans, mais décalée à cause de la pandémie de Covid-19, la sortie du Frikar de Podbike est attendue de pied ferme. Plus de 3 400 personnes ont déjà réservé leur modèle, qui coûte tout de même 6 429 € et dont les premières livraisons sont annoncées dans les prochaines semaines, d’abord pour les clients locaux. « Les premières livraisons se feront en Norvège, car ce pays est proche de notre département de recherche et développement. Comme nous avons beaucoup de clients allemands, l’Allemagne figure également en bonne place sur notre liste de livraisons. Dès que nous aurons plus de détails à partager, nous vous tiendrons au courant par le biais de podbike.com et de la newsletter », prévient la marque.

Un vélo pensé pour les températures nordiques

Avec son toit transparent, le Frikar protège contre les intempéries. Il permet une excellente visibilité et un meilleur aérodynamisme qu’un vélo électrique traditionnel, et le toit peut être retiré l’été pour prendre l’air ! Podbike a créé un véhicule modulable, où un siège enfant peut être installé dans l’espace de chargement de 160 litres. À l’instar des vélos cargos électriques, le Frikar s’utilise donc aussi bien pour transporter les enfants que les courses ou les marchandises.

25 km/h… ou 60 km/h ?

Les pédales du Frikar ne sont pas reliées à une chaîne ou à une courroie comme sur un vélo électrique classique, elles alimentent un générateur et font fonctionner un système de transmission par fil relié à deux moteurs situés dans les roues arrière. Un système assez rare dans l’industrie. Officiellement vélo électrique, il peut circuler sur les voies cyclables et l’assistance est limitée à 25 km/h. Mais une fois cette vitesse atteinte, on peut continuer de pédaler et augmenter ainsi sa vitesse jusqu’à 60 km/h, notamment en descente.

« Nous utilisons trois moteurs, deux qui font office de transmission électronique et un qui fait office de moteur d’assistance/frein électronique. La puissance du moteur d’assistance est limitée à 250 W en sortie continue et à une vitesse maximale de 25 km/h, tandis que la sortie de l’autre moteur correspond à l’entrée du générateur de la pédale, agissant ainsi comme une transmission à propulsion humaine. Ce moteur fonctionne au-delà de 25 km/h. Cependant, lorsque vous utilisez le frein électronique qui peut être déclenché manuellement, par exemple en pédalant en arrière tout en avançant, ou automatiquement, lorsque vous atteignez la vitesse maximale en descente, les deux moteurs de roue freinent le véhicule. Ainsi, en continuant à pédaler et en fournissant ainsi une énergie artificielle, la vitesse peut augmenter au-delà de la vitesse d’assistance. »

À lire aussi Canyon : un étrange concept à mi-chemin entre vélo et voiture électrique

Des dimensions semblables à un vélo cargo traditionnel

Le Frikar mesure 2,36 m de long, 83,9 cm de large et 1,19 m de haut. Son poids à vide est de 90 kg. La batterie du quadricycle électrique, de 877 Wh, affiche une autonomie nominale de 50-80 km, et une seconde batterie peut être ajoutée. La version de base du Frikar comprend un siège et des pédales réglables, des phares, des clignotants et un seul rétroviseur.

Pour un supplément de 650 €, la version améliorée comprend un revêtement intérieur, un ventilateur, deux rétroviseurs, des poches latérales, un éclairage intérieur et une alarme.

Source : Electrek


Les bons plans vélos électriques

Tous nos modèles de vélos électriques

Sur le même sujet

Annonces

Commentaires

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments