Fondé par des anciens de Decathlon, Lapierre et Shimano, ce nouvel équipementier français veut révolutionner l’industrie européenne du vélo

1432, nouvelle entreprise française spécialisée dans la conception de composants pour vélo, entamera, en octobre 2024, la production dans son usine lyonnaise. Créée par Ride, acteur majeur de la filière vélo en Europe, la société, qui s’appuie sur un tissu industriel local (300 km autour de Lyon), propose aux fabricants de vélo des composants mécaniques haut de gamme développés sur mesure. Du prototypage à la gestion logistique de production, la nouvelle entité compte bien contribuer à relocaliser la production de vélos en Europe, qui, à ce jour, s’appuie sur 80 % de pièces en provenance d’Asie.

Il y a la marque 1083, dans le secteur du jean, qui tient son nom de la distance entre les deux villes françaises les plus éloignées l’une de l’autre. Désormais, il faudra compter avec 1432, en référence à l’altitude du Crêt de la Perdrix, point culminant du massif du Pilat (situé près de Saint- Etienne). Si les deux ont en commun une appellation numérale et une vocation « made in France » affirmée ; là s’arrête la comparaison !

En effet, si 1083, s’adresse d’abord au client final, 1432 ne fournira que les fabricants de vélos électriques ou musculaires. Comme Faurecia dans le secteur automobile ou Coareo dans le secteur aéronautique, c’est un fournisseur de rang 1 des industriels qui fabriquent le produit destiné au client final. 1432 va donc développer (de sa propre initiative ou à la demande) des composants adaptés au produit fini sans modifications majeures. La société 1432 compte bien devenir un acteur essentiel de la fabrication de vélos en Europe.

1432 se dote d’un outil industriel à la pointe de l’innovation

Le challenge est de taille, mais le nouvel opérateur est né sous de bons auspices. Porté par Ride, un acteur reconnu de l’écosystème vélo en Europe, il est mené par des experts reconnus du secteur du cycle, Luc Larderet (co-fondateur et CEO), Jean-Christophe Collet (ex-Decathlon, Look) et Cyril Beaulieu (Spécialiste en matériaux composites / ex Decathlon, Scott, Look). Il bénéficie, en plus, du soutien de figures reconnues telles Gilles Lapierre (ex-Cycles Lapierre, Accell Group) et Joachim Volland (ancien dirigeant Shimano Europe de l’Est).

Outre sa gouvernance expérimentée, 1432 s’est doté d’un outil industriel à la pointe de l’innovation. Automatisation et digitalisation règnent en maîtres et doivent permettre « aux fabricants de vélos de gagner en valeur économique, financière et environnementale, avec des délais d’approvisionnement réduits de 80 % et une empreinte carbone allégée », explique Luc Larderet.

Le marché européen des composants pour vélo est estimé à 2 milliards annuels

Éléments de transmission (manivelles, plateaux, pédaliers, chaînes), de position (potence, guidon, cockpit, tige de selle), jeu de direction, gaines et câbles, cadres éco-conçus… 1432 est prête à s’attaquer au marché européen du composant, estimé à 2 milliards d’euros annuels, et vise un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros à horizon 2028.

Au-delà de la production de composants, la société proposera à ses clients un ensemble de services complémentaires : développement (conception, design, prototypage), solutions logistiques sur-mesure (livraisons en juste-à-temps, stocks déportés pour réduire le besoin en fonds de roulement)….

Ce nouvel acteur, dont la première ligne d’assemblage sera capable de produire 400.000 pièces dès 2025, fait une entrée remarquée sur un marché du vélo, certes en berne, mais porté par la volonté de l’ Union européenne de relocaliser la production.

Jean-Luc Poncin
Jean-Luc Poncin

Journaliste

De formation scientifique, Jean-Luc est un journaliste diplômé du CFPJ. Passionné par les projets et les technologies qui gravitent autour de la transition écologique, il collabore régulièrement sur différents médias liés à l'énergie et à la mobilité.


Tous les modèles de vélos électriques

Sur le même sujet

Annonces

Commentaires

1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
ARNAUD
1 mois il y a

Ce serait vachement cool de se réapproprier la production en Europe ! Emplois, proximité, etc…y’a que des avantages…on finira peut-être par avoir comme dans le passé de très nombreuses marques de vélo… Alcyon, etc…