Avec l’hydrogène, VUF booste l’autonomie de ses triporteurs électriques

Philippe SCHWOERER · 22 Déc 2022 7:00 · 1
Avec l’hydrogène, VUF booste l’autonomie de ses triporteurs électriques

Installée à Biarritz, la société Pragma Industries s’est fait connaître il y a presque 10 ans avec un concept de vélo à assistance électrique fonctionnant avec une pile hydrogène. Diffusé dès 2017, le modèle de série Alpha entrera dans sa troisième l’année prochaine. Son architecture renouvelée se retrouve cependant déjà sur les triporteurs fabriqués par le spécialiste français VUF.

Partenariat Pragma/VUF

Vélo à assistance, triporteur et bientôt un scooter, le tout animé par un système de pile à combustible : Pragma industries cherche à développer une petite mobilité abordable à hydrogène. Comme constructeur ? Non, comme équipementier. C’est le rôle que souhaite tenir l’entreprise. Elle vient de le prouver dans un partenariat avec le spécialiste français du triporteur électrique professionnel VUF Bikes.

Localisé à Mérignac, près de Bordeaux, ce dernier est né à la suite d’un projet pilote de collecte des déchets par vélos cargos électriques mené sur plus de 2 ans. Il en garde la volonté d’élargir une gamme pensée pour la ville avec des volumes de charge éventuellement importants.

Robustes et se voulant adaptés à tous les types d’usages, les premiers engins inscrits à son catalogue sont des modèles à assistance électrique qui embarquement de façon classique une batterie lithium-ion. Les triporteurs Messenger et XXL sont conçus et fabriqués en France.

Messenger et XXL

Entre le Messenger et le XXL, c’est avant tout une histoire de dimensions et de charge utile. Pour une hauteur de cadre commune de 98 cm, le plus compact laisse à l’arrêt une empreinte au sol de 189 x 85 cm, contre 207 x 110 cm avec le XXL dont la charge utile à l’arrière est portée de 100 à 150 kg.

Sur la petite plateforme à l’avant, il est possible d’ajouter 15 kg supplémentaires sur les versions classiques à batterie. Les 2 modèles partagent alors, pour une autonomie s’inscrivant dans une fourchette de 25 à 60 km, une architecture composée d’éléments Shimano.

Ainsi le moteur pédalier DU-EP800 250 W qui développe un couple de 85 Nm, et le pack amovible BT-E8014 36 V – 11,6 Ah qui l’alimente. La batterie de 418 Wh de capacité énergétique se recharge en 4 heures. Trois modes d’assistance sont ici disponibles.

Cellules professionnelles

Les cellules qui peuvent être adaptées à l’arrière des triporteurs électriques Messenger et le XXL de VUF Bikes ne dépassent pas volontairement une hauteur de 1,80 m, afin de pouvoir évoluer dans les parkings souterrains limités à 1,90 m.

Deux sont proposées pour le Messenger : caisson étanche pour le transport de petits colis et matériel, et le Cleaner grillagé conçu pour le transport des déchets et l’entretien des espaces verts.

Les propositions sont plus nombreuses pour le XXL, avec des caissons capables d’embarquer jusqu’à 1 400 litres de charge. Le plus grand des triporteurs peut aussi recevoir un caisson froid pour recevoir de l’alimentaire, et un stand avec étagères et panneaux dépliables des 2 côtés imaginés pour des opérations de communication. Un modèle taxi figure également au catalogue pour véhicule jusqu’à 2 personnes et plus du cycliste.

Déclinaisons hydrogène

Conçu pour durer 15 ans, le système fourni par Pragma Industries à VUF Bike est recyclable à 95 %. Grâce à lui, les triporteurs à assistance électrique Messenger et le XXL se déclinent désormais en versions à PAC H2.

Sur le cadre en acier Chromoly 4130, la place prise par la batterie entre le guidon et le pédalier reçoit désormais le réservoir pouvant contenir 2 à 3 litres d’hydrogène comprimé sous 300 bars (42 à 67 g de gaz). C’est l’équivalent de l’énergie qui serait stockée dans une batterie pesant entre 3 et 5 kg environ.

Le temps de ravitaillement passe de 4 heures à moins de 60 secondes avec les stations dédiées. L’entreprise basque a promis une surprise à ce sujet lors du salon HyVolution programmé à Paris les 1er et 2 février prochains.

A l’avant des tricycles, le porte-bagages est mobilisé pour placer un boîtier comprenant la pile à combustible 500 W et les supercapacités. Il n’y a donc plus de batterie, conformément à la volonté de Pragma Industries d’améliorer toujours davantage l’impact environnemental de sa solution. Dans son système, il y a « environ 4 000 fois moins de métaux nobles que dans une batterie », assure l’entreprise.

Triporteurs hydrogène VUF/Pragma

Autonomie constante sur toute l’année

Pour un couple relevé à 95 Nm, c’est le moteur Bafang MM G520.250.C qui a été choisi, avec une double transmission. Il travaille sous 43 V, et selon 5 niveaux d’assistance (35, 50, 65, 90 et 100 %), avec une fonction pour marcher à côté de l’engin. Sauf les 15 kilos à l’avant, les charges utiles sont conservées. Mais l’autonomie, devenue insensible aux saisons, est portée jusqu’à 75 km.

Grâce à un système pendulaire qui corrige les devers, la charge transportée est sécurisée et le cycliste constate une meilleure adhérence au sol. Le châssis conçu à l’origine pour recevoir une palette s’appuie sur une roue de 24 pouces à l’avant montée en pneu Schwalbe Big Ben plus sous une fourche fixe, et 2 de 20 pouces à l’arrière recevant des boudins Mitas.

Sur les triporteurs Compact et XXL, le freinage est hydraulique à disque, avec un frein de stationnement. De technologie Full Led, l’éclairage s’active automatiquement. Un afficheur restitue les vitesses moyenne et instantanée, les distances parcourues moyenne et totale et la durée du trajet.

À lire aussi Bientôt une moto Kawasaki à moteur hydrogène ?

Ils roulent déjà

Une petite dizaine d’exemplaires du triporteur H2 sont déjà en service. Deux ont été livrés dans un parc près de La Rochelle, et deux autres à GRDF. Quatre unités sont exploitées à Issy-les-Moulineaux. La collectivité avait déjà adhéré en 2020 au programme européen FCCP (Fuel Cell Cargo Pedelecs).

Désormais, c’est dans le cadre de son expérimentation baptisée « Hy’Novation » que les tricycles de VUF Bikes à système hydrogène Pragma roule dans cette ville pour une durée de 3 ans, entre les mains de plusieurs commerçants. L’entreprise basque se réjouit de ne pas recourir aux subventions publiques pour la diffusion des véhicules qui embarquent sa technologie.

Dans la commune francilienne, la mise à disposition gratuite aux usagers pour la livraison locale est financée par Icade, Altarea, Quartus, Bouygues Immobilier, BNP Paribas, CNP Assurances, DPD Group et Transdev. Pragma Industries chiffre à une quinzaine d’unités les triporteurs H2 qui seront en circulation en Ile-de-France en 2023, sur une trentaine d’exemplaires au total.


Les bons plans vélos électriques

Tous nos modèles de vélos électriques

Sur le même sujet

Annonces

Commentaires

1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Raoul
1 mois il y a

Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué ??? avec en plus le rendement lamentable de la chaine d’hydrogène ???
Une SIMPLE batterie amovible , qui ne prend que quelques secondes à changer…. et qui ne nécessite rien d’autre qu’une prise de courant pour être rechargée, au lieu…d’une station H2 !!!.
D’ailleurs ce système fonctionne très bien pour les e-scooter, en Corée, et maintenant en Chine .
Encore faut-il ne pas vouloir  » son propre standard » et choisir le Coréen, qui monte des stations d’échange partout, dans chacun des pays où il s’implante avec succès, réglant le problème d’autonomie et de tems de recharge.
Les fabriquants Japonais de moto,, après avoir freiné des 4 fers sur l’élec, essaient de torpiller le truc, en sortant un autre standard (Honda), mais c’est trop tard pour eux .