Ce vélo électrique est connecté en 5G et nourri à l’IA… Ça sert à quoi ?

Orbic vélo 5G électrique IA

©Orbic

Doté d’une connexion 5G et d’une couche d’IA pour gérer entre autres un radar arrière, le vélo électrique 5G Orbic utilise trois caméras servant à enregistrer ses trajets ou même à détecter le port du casque !

En adoptant une assistance, les vélos électriques prennent parfois la grosse tête. Ils sont de plus en plus connectés, avec des fonctionnalités à foison qui, pour le vélo électrique Urtopia, incluent même chatGPT. La dernière folie technologique en date nous vient de l’entreprise américaine Orbic qui a souhaité marier ses systèmes à la mobilité douce.

Présenté pour la première fois au Mobile World Congress, temple de l’électronique européen organisé chaque année à Barcelone, le vélo 5G Orbic E-Bike

suscite donc la curiosité. La partie cycle en elle-même n’a rien d’exceptionnel, visiblement basée sur un Himiway Zebra (aussi nommé D5), un fat-bike semi-rigide configuré en version speedbike avec une vitesse de pointe portée à 45 km/h.

Un radar vélo plus rapide grâce à l’IA et la 5G

Comme son nom l’indique, le vélo électrique d’Orbic embarque une connectivité 5G. Cette connexion à haut débit est là pour assurer le bon fonctionnement d’une couche d’intelligence artificielle. Deux technologies qui n’ont de sens que si elles servent une fonctionnalité concrète. Dans le cas du vélo d’Orbic, il s’agit notamment de prévenir les accidents.

L’Orbic 5G intègre pour cela un capteur arrière détectant les véhicules sur 140 degrés. Le fabricant assure que ce capteur est géré par IA, et explique qu’il est lié à une caméra de 2 millions de pixels. D’où la nécessité de la 5G pour traiter rapidement les données, “assurant moins de latence entre les actions de l’utilisateur et l’optimisation de la vitesse de communication pour une expérience fluide.” En cas de véhicule approchant, une alerte audio vient informer le cycliste, à l’image d’un radar Garmin Varia par exemple.

Orbic 5G E-bike radar arrière
Un radar arrière détectant les objets grâce à l’IA. (©Orbic)

Un vélo 5G qui ne démarre qu’en cas de port du casque !

Pour mettre en avant sa modernité, le vélo électrique ajoute une seconde caméra avant de 64 millions de pixels. Un outil pour enregistrer ses trajets, les partager en direct dans son groupe de cyclistes, et éventuellement jouer le rôle de dashcam. S’y ajoute la présence d’une troisième caméra… frontale ! Oui, car le guidon reçoit un énorme écran de 7 pouces au centre, sorte de tablette sur deux roues régi par un système Android. On y retrouve les statistiques essentielles de trajet, la navigation et même la possibilité de passer un appel vidéo grâce à la caméra. Cette dernière peut même s’assurer de la présence d’un casque sur le crâne du cycliste de manière à empêcher tout démarrage du vélo si celui-ci n’est pas équipé ! Le système est aussi porteur d’un point d’accès wifi permettant d’utiliser le réseau 5G capté par le vélo pour connecter divers appareils à proximité.

Toutefois, le vélo 5G Orbic ne semble pas viser un lancement sur le marché. La marque américaine se sert de ce vélo électrique comme d’un démonstrateur afin de mieux illustrer les possibilités de ses différentes solutions technologiques, en espérant bien entendu une adhésion éventuelle de certains fabricants de vélos. Pourquoi pas bientôt sur votre VAE ?

Matthieu Lauraux
Matthieu Lauraux

Journaliste, essayeur

Au guidon de vélos depuis son enfance, vélotaffeur de longue date et voulant promouvoir des déplacements plus propres, Matthieu est un éternel curieux, avide de tester les nouveaux produits de mobilité urbaine,


Annonces

Commentaires

1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
ARNAUD
1 mois il y a

…Et l’alcolock ?