Test Lapierre e-Explorer 4.5 High : un VTC électrique endurant qui manque de performance

Test Lapierre e-Explorer 4.5 VTC électrique français

©Cleanrider/M. Lauraux

S’améliorant pour 2024, le vélo électrique tout-chemin Lapierre e-Explorer 4.5 est un vrai trekking, dont les capacités plafonnent en raison du petit moteur Bosch.

On ne présente presque plus Lapierre. La marque française a bientôt 70 ans d’existence, et n’a pas bougé de son fief dijonnais. Pourtant, la firme n’est plus sous pavillon français depuis longtemps, intégrée au groupe hollandais Accell depuis 1996 avec Winora et Haibike.

Lapierre a taillé sa réputation sur le vélo de ville avant de s’étendre aux VTT dans les années 80 puis aux vélos de route dans les années 2000. Suite aux Vélib’, la marque bourguignonne a démarré dans le vélo électrique en 2015, notamment avec ses Overvolt sur le segment du VTTAE. Véritables intermédiaires entre ville et tout-terrain, les VTC électriques sont également au catalogue du fabricant où ils prennent le nom d’E-Explorer, déclinés en plusieurs versions. Nous avons déjà pu réaliser un test du Lapierre e-Explorer 3.4, une entrée de gamme aujourd’hui disparu. Désormais, le millésime 2024 débute par le Lapierre e-Explorer 4.5. Au prix de 2 699 €, il est disponible en deux cadres, l’ouvert « Low » et le haut classique « High ». Cleanrider a testé le second, sur plus de 150 kilomètres. Voici le bilan de ce VTC électrique français.

Test Lapierre e-Explorer 4.5 vélo électrique
Le Lapierre e-Explorer 4.5 apporte des modifications pour 2024. (©Cleanrider/M. Lauraux)

Confort : un vrai tout-chemin avec quelques limites

Le Lapierre e-Explorer 4.5 High repose sur un cadre en aluminium, commun aux modèles 5.5 et 6.5. Nouveauté de la gamme de vélos électriques Lapierre 2024, la batterie y est complètement intégrée, équilibrant le dessin de ce modèle. Le vélo électrique tout-chemin est semi-rigide, donc à suspension avant.

Évolution du 3.4, le débattement de la fourche SR Suntour XCM 32 DS est de 80 mm (vs 63). Cette augmentation permet de passer des sentiers escarpés sans peiner, sans aller se risquer à prendre de grosses racines, tandis que les nids-de-poules se font sentir dans le bassin.

Test Lapierre e-Explorer 4.5 trekking
Le Lapierre e-Explorer est un VTC semi-suspendu. (©Cleanrider/M. Lauraux)

Contrairement au 3.4, le nouveau Lapierre e-Explorer 4.5 chausse des pneus bien plus adaptés au tout-terrain. Plus crantés, les WTB Bee Line 27,5 x 2,2 pouces permettent d’évoluer dans de nombreuses situations. Malgré l’espacement des crans, ça passe même dans la boue sans avoir à poser les pieds. Leur forte densité a toutefois tendance à faire partir le pneu en virage prononcé sur gravier ou piste sableuse. Néanmoins, la gomme filtre bien les vibrations des chaussées. En ville, c’est donc un bonheur, l’alliance des pneus et de la fourche suspendue corrige parfaitement les pistes cyclables sur trottoirs ou encore les pavés de la place de la Concorde.

Reste la selle totalement rigide, bien que l’assise Selle Royal Essenza soit réputée, à bon escient car capable d’offrir du confort sur 40 kilomètres. On note également qu’elle est identique sur le cadre ouvert, pourtant à position plus droite, et donc au poids davantage réparti à l’arrière. Malheureusement, il faut grimper la gamme jusqu’au modèle Lapierre e-Explorer 6.5 pour trouver une selle suspendue.

Le poids étant ici plus à l’avant sur notre 4.5, le corps repose beaucoup sur le guidon, aux mêmes poignées ergonomiques, mais aux repose-paume un peu courts pour nos grandes mains. C’est peu dérangeant en ville, mais limite le confort en tout-chemin.

Équipement : un VTC électrique complet et protecteur

Le Lapierre e-Explorer 4.5 a changé de forme en 2024 sans toucher à l’esprit. Le cadre intègre toujours les câbles à partir du tube diagonal, clipsés et tenant bien en place. Ce vélo électrique renvoie à la réputation de qualité, tant dans les soudures, bien qu’elles restent visibles (on sent l’inspiration du propriétaire hollandais) que dans l’assemblage. Dommage, car la peinture vert mat fait son effet, plus vive que la collection 2023 !

On l’a vu, ce VTC électrique aime les sentiers, et protège son cycliste grâce à ses longs et amples gardes-boues à bavette. Dans la boue ou sous une pluie forte, les pieds, le dos et même les sacoches restent à l’abri des projections et de la terre. On peut donc embarquer des bagages sur le rack arrière, compatible MIK et supportant 25 kg. Il est de série tout comme la béquille ajustable en hauteur.

On y retrouve un feu arrière peu esthétique, mais lié à la batterie à l’instar de l’éclairage avant. Le feu est petit, heureusement plus lumineux que celui de l’Explorer 3.4. Notre 4.5 a préféré un Spanninga Axendo 30 lux, qui reste du dépannage et ne permet pas d’évoluer de nuit en forêt.

 

Conduite : sympa en usage modéré, l’équipement limite les capacités

Le Lapierre E-Explorer 4.5 dispose du moteur Bosch Active Line Plus. Cette assistance électrique n’est pas l’entrée de gamme et offre 50 Nm de couple. Pour un usage urbain, c’est amplement suffisant avec une accélération très linéaire et un capteur de couple assez réactif pour assurer un pédalage très naturel. Le bloc pédalier avoue ses limites en montée soutenue, surtout lorsque l’on connaît le nerveux Bosch SX bien plus performant avec un couple à peine supérieur.

Test Lapierre e-Explorer 4.5 moteur Bosch
Avec 50 Nm, le moteur Bosch Active Line Plus n’est pas très fougueux. (©Cleanrider/M. Lauraux)

En utilisation tout-chemin, la douceur d’accélération fait de ce vélo électrique Lapierre un sage compagnon de balade. Sur des chemins difficiles, voire un peu tout-terrain, on ne se fait pas surprendre par de trop vives accélérations, même en mode Turbo. Par contre, l’Active Line Plus fait plafonner l’E-Explorer 4.5 en aptitudes. Dommage, car la suspension avant supporte bien les petits obstacles, la transmission Shimano Cues est correcte, et les pneus sont vraiment taillés pour l’aventure.

La conduite au-delà de 25 km/h sur plat est très difficile, du fait des larges gommes, de la friction moteur et du poids du vélo. Bien sûr, en descente, il n’est pas rare d’atteindre plus de 40 km/h, et le vélo électrique dijonnais reste assez directif pour se sentir en sécurité.

Un Lapierre qui mérite un meilleur freinage

Mais ne tentez pas le diable, les freins chauffent facilement et perdent en efficacité rapidement. Les Shimano MT200 sont très communs au monde du vélo électrique. Ils font toutefois leurs preuves sur du parcours polyvalent et du chemin modéré.

Sur asphalte, nous le disions plus haut, les crans sont denses, et ont donc la fâcheuse manie de déraper lors de freinages brusques. Néanmoins, la large gomme permet un arrêt très rapide en freinage modéré. Rien à dire aussi sur les leviers, de taille convenables pour tous et faciles à prendre en mains.

Test Lapierre e-Explorer 4.5 freins
Les freins Shimano MT200 sont en retrait par rapport au potentiel de ce VTC. (©Cleanrider/M. Lauraux)

Autonomie : une superbe endurance !

Nous avons établi deux parcours différents. L’un est notre parcours étalon urbain autour de Paris puis sur terrain relativement plat. Sur cet exercice, et par une météo idéale (20°C, sec, peu de vent), l’autonomie réelle du Lapierre e-Explorer 4.5 a frôlé les 80 km. Pas mal du tout pour la batterie dont la capacité est seulement de 500 Wh. C’est dire l’efficience du moteur Bosch Active Line ! L’autre trajet fut plus difficile, avec du dénivelé et du tout-chemin, mais là encore, le Lapierre e-Explorer 4.5 a tenu 70 km.

Nous étions en permanence en mode Turbo, il faut donc compter le double en théorie sur le mode éco (150 km), et autour de 100 km en mode Tour. Et comme d’habitude chez Bosch, jamais nous ne sommes surpris par la baisse de charge, très régulière. Hélas, c’est peu précis avec les 5 voyants de la console au guidon, chacun à deux couleurs, donc à dix paliers.

Test Lapierre e-Explorer 4.5 High VAE
Avec minimum 70 km d’autonomie, on peut « e-Explorer » de grands parcours. (©Cleanrider/M. Lauraux)

Un plein éclair, une manip de batterie galère

Pour se faire pardonner, Lapierre offre le chargeur rapide de série. L’intensité de 4 ampères est très satisfaisante si l’on veut multiplier les sorties en weekend. En effet, il suffit d’1h30 pour récupérer la moitié de l’énergie, et environ trois heures pour faire le plein.

Test Lapierre e-Explorer 4.5 Cache batterie
La manipulation du cache et l’extraction de la batterie n’est pas aisée. (©Cleanrider/M. Lauraux)

Là aussi, la console peu précise force à regarder sur son application pour le pourcentage exact. Côté pratique, la prise est située très haut sur le VTC électrique, moins exposée, elle réduit la distance entre le vélo et la prise secteur.

Pour charger avec la batterie hors du cycle, la manipulation n’est pas aisée. Tourner les deux verrous en plastique prend 5 secondes, mais l’extraction bloque souvent. On doit tourner la clé plusieurs fois en appuyant sur le petit loquet en bas de batterie pour pouvoir l’attraper. La remettre est tout aussi fastidieux, on tâte plusieurs fois pour replacer la batterie et l’enclencher, et un des verrous plastique peine à fermer.

Technologie : du Bosch oui, mais sans écran

Le vélo français, équipé du moteur Bosch Active Line Plus au pédalier, récupère le système électronique du constructeur. Mais n’espérez pas un bel écran. Le Lapierre e-Explorer 4.5 se contente, en effet, de la LED Remote, cette console à voyants. La jauge à 5 barres indique le niveau de batterie, l’arc à gauche la couleur du mode d’assistance (rouge en turbo, vert en éco, etc). Le manque d’écran est donc cruel, ne serait-ce que pour connaître sa vitesse.

Pour disposer d’un écran, il reste possible d’utiliser son smartphone avec un support, et profiter du compteur de l’application en affichage panoramique. L’appli eFlow du fournisseur allemand est également complète, profitant des mises à jour régulières : navigation GPS avec parcours vélo, personnalisation des niveaux d’assistance, statistiques de trajets, etc. Pour en savoir plus, consultez l’article dédié au Bosch Smart System.

Test Lapierre e-Explorer 4.5 Bosch commandes
©Cleanrider/M. Lauraux

Un tarif abordable, mais un choix unique

Suite à l’éviction du modèle 3.4, l’e-Explorer 4.5 est devenu le modèle d’entrée de gamme des vélos électriques trekking de la marque. Lapierre le fixe au prix de 2 699 €, que ce soit dans ce cadre haut “High” ou cadre bas “Low”. Une bonne nouvelle, car le tarif de la génération précédente était 300 € plus élevé, et avec un nivau d’équipement inférieur.

Le VTC met au choix quatre tailles de XS à L, mais un seul coloris vert aux inserts rouge. Cela permet de le distinguer les autres versions : bleu pour le 5.5, marron chez le 6.5.

Comme tous les vélos électriques de la marque, impossible de commander en ligne sur le site officiel. Lapierre ne passe que par des centaines de revendeurs physiques ou web, tels que Alltricks ou Culture Vélo. La garantie est de 5 ans pour le cadre et de 2 ans pour les autres éléments du VAE (hors pièces d’usure).

Test Lapierre e-Explorer 4.5 : l’avis de Cleanrider

NOTE GLOBALE
Confort & ergonomie
Conduite
Autonomie

Le Lapierre e-Explorer 4.5 est bourré de qualités. On aime sa vraie polyvalence en tant que vélo électrique trekking capable, à la fois confortable allié du vélotaf et baroudeur sur chemins et hors sentiers. Car les roues de VTT permettent une vaste plage d’utilisation, et la précision de conduite est bonne. Cependant, les freins limitent les capacités tout-terrain, tout comme le débattement de fourche de 80 mm. Doux en utilisation modérée et suffisamment efficient pour procurer une belle autonomie, le moteur Bosch Active Line Plus n’est pas taillé pour la performance pure. Pour plus de vigueur, l’e-Explorer 5.5 est justement là pour cela, épaulé du moteur Performance Line 65 Nm. Or le supplément de 300 € sans aucune autre différence est un peu cher.

En résumé, ce Lapierre cible les personnes cherchant un VTC électrique à tout faire, sans prétention de tout-terrain, tout en limitant son prix. Le revers de la médaille est la comparaison avec la concurrence. S’il surpasse sur le papier un Cannondale Adventure Neo 3.1 EQ – de plus en unique cadre ouvert – les Cube Touring Hybrid One 500 et Husqvarna Crosser T1 possèdent le Bosch Performance Line à prix similaire. L’O2feel iSwan Explorer 6.1 et propose des prestations équivalentes, incluant un moteur Shimano E6100.

 

 On a aimé On a moins aimé 
  • Le confort très correct
  • Belles aptitudes tout-chemin
  • L’autonomie très élevée
  • La charge rapide
  • Le Bosch Smart System
  • La raideur à l’arrière
  • L’absence d’écran
  • La batterie compliquée à retirer
  • Les accélérations moyennes
  • Freins et transmission peu performants
Test Lapierre e-Explorer 4.5 VTC électrique
Un VTC polyvalent, vendu au tarif de 2 699 € en France. (©Cleanrider/M. Lauraux)

Matthieu Lauraux
Matthieu Lauraux

Journaliste, essayeur

Au guidon de vélos depuis son enfance, vélotaffeur de longue date et voulant promouvoir des déplacements plus propres, Matthieu est un éternel curieux, avide de tester les nouveaux produits de mobilité urbaine,


Tous les modèles de vélos électriques

Sur le même sujet

Annonces

Commentaires

1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Stelo
2 heures il y a

Précisez quand même que si les pneus larges type VTT améliorent (un tout petit peu) le confort, ils grèvent énormément la capacité le la batterie et empêche completement d’emmener le vélo au delà de l’assistance.
J’ai fait l’expérience sur mon flyer GoTour 6… En installant des pneus VTC de 2 pouces sans crampons au lieu de pneus VTT de 2.2 pouces , j’ai gagné 40 % d’autonomie, mon vélo est transfiguré et tout aussi confortable !
Il est un peu moins passe partout, mais honnêtement, qui va sur des singles boueux avec un tel vtc…