Pourquoi les vélos électriques sont bridés à 25 km/h ?

Sur un vélo à assistance électrique, le moteur électrique se coupe automatiquement dès lors que la vitesse dépasse 25 km/h. On vous explique pourquoi !

Si la plupart des vélos électriques proposent différents modes d’assistance, faisant notamment varier le couple et la puissance de l’aide délivrée, aucun ne pourra activer le moteur électrique au-delà de 25 km/h. C’est évidemment loin d’être une coïncidence !

Une réglementation très encadrée

Si les vélos à assistance électrique (VAE) sont limités à 25 km/h, c’est tout simplement en raison d’une contrainte imposée par la norme NF EN 15194. Datant de juin 2009 et spécifiquement applicable à la catégorie des cycles à assistance électrique, celle-ci définit différentes règles techniques. Outre une puissance nominale du moteur limitée à 250 watts et une assistance liée au pédalage, elle impose cette fameuse limite de 25 km/h en assistance.

En pratique, beaucoup appellent à ce que l’Europe assouplisse les règles en autorisant l’assistance à 30 ou 32 km/h. C’est déjà le cas dans certains pays comme les États-Unis ou le Canada.

À lire aussi Vélo à assistance électrique, pourquoi la réglementation n’est plus adaptée

Peut-on quand même rouler à plus de 25 km/h ?

Si la réglementation exige une coupure du moteur à 25 km/h, cela ne veut pas pour autant dire que vous n’avez pas le droit d’aller au-delà avec un vélo à assistance électrique ! 30, 35, 40, voire 50 km/h… tant que vous respectez les limites de vitesse, il est toujours possible d’aller plus vite sans être « hors la loi » ! C’est juste qu’il faudra le faire à la force de vos cuisses et de vos mollets !

Le cas particulier des « speed bikes » ?

La vitesse limitée à 25 km/h des vélos à assistance électrique vous pose problème ? Vous pouvez opter pour un vélo électrique de la catégorie speed-bike dont l’assistance peut grimper à 45 km/h ! Pratique sur le papier, mais un peu plus compliqué en réalité compte tenu d’une réglementation assez contraignante. En effet, il n’existe pas aujourd’hui de catégorie « speed bike » au sein de la réglementation française.

Résultat : si vous « sortez » du cadre réglementaire des VAE, vous tombez automatiquement dans celui des cyclomoteurs avec des obligations liées à l’assurance, à l’immatriculation et au port du casque… Des contraintes multiples qui expliquent le manque de succès du segment dans l’Hexagone.

À lire aussi Capteur de couple vs. capteur de pédalage : quelles sont les différences ?

« WATT THE FAQ ? » est une rubrique hebdomadaire qui répond à toutes vos questions sur l’univers du deux-roues électrique.

Michaël TORREGROSSA
Michaël TORREGROSSA

Rédacteur en chef

Suivant le marché du deux-roues électrique depuis le début des années 2000, Michaël est rédacteur en chef et co-fondateur de Cleanrider.


Annonces

Commentaires

18 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Frank
4 mois il y a

Bonjour, l’article ne dit pas du tout la raison de la limite à 25 km/h. Dire que c’est parce que c’est la loi on s’en doute. Mais qu’est-ce qui a motivé la loi? Et ne me dites pas seulement que c’est pour la sécurité, je le devine bien sûr, mais surtout pourquoi 25 puisque comme vous le dites aux USA c’est plus de 25.

Louis
4 mois il y a
Reply to  Frank

Je crois que la différence entre la limite européenne et nord-américaine est due à causes culturales mais surtout à la typologie des routes/rues et de la longueur des trajets á effectuer (de plus, en les USA et en Canada presque tout le monde a le permis de conduire contrairement á l’Europe, même si cet écart va se réduire…)

Bernard
4 mois il y a

Bjr, impossible d’être à 25 km/h ,sans forcer et transpirer ! mon vélo coupe l’assistance électrique à 23km/h , quand je m’y mets pour prendre le relais c’est trop pénible ! .. le vélo est très intéressant pour les nids de poules et pour l’autonomie à batterie égale par rapport à une trottinette électrique, c’est 3 fois plus ., et il a un vrai mode roue libre »,pour les descentes.. ,par rapport à la trottinette électrique

Christophe
4 mois il y a

Bonjour.La bride à 25 km est de mon point de vue une idiotie,en voici les raisons: Avec n’importe quel vélo de route musculaire un peu léger,et une lichette de vent arrière,vous roulerez sans forcer et sur le plat,(même sans être sportif..) à 35 ou 40 km/h.Vous serez donc hors la loi sur une piste cyclable et pas moins dangereux qu ‘un VAE débridé et capable d’en faire autant.Je sermonne d’ailleurs régulièrement des routards qui roulent à des vitesses « inadaptées » sur ces même voies cyclables.la jugeote reste donc le fin mot de l’histoire. Autre raison:Le poid moyen d’un VAE tourne autour des 23kg ,quand l’assistance coupe à 25 km/h (soit quasi immédiatement sur le plat), vous vous retrouvez à trimbaler 23kg de ferraille au lieu de 12 kg (pour un vélo musculaire ) bref, vous assistez l’assistance, avec un beau poids mort « à la patte » dès 26 km/h. Au final ,hormis pour demarrer, face au vent ou en côte, l’assistance bridée à 25 km/h désavantage significativement le VAE. C’est un paradoxe qui affecte le plaisir immense que procure un vélo à assistance electrique. Avec une bride à 35 km/h,vous avez un vélo bien plus fluide à l’utilisation,qui ne perd pas son élan dans les montées après un faux plat, et qui vous incite à pédaler sourire aux lèvres . Roulez vous à130 km/h en ville avec votre voiture ?..non ! elle en est pourtant bien capable .Le VAE est un moyen de transport fabuleux,ne donnons pas des arguments à ses opposants par une règlementation hâtivement évaluée qui au final rend plus cohérent et plus plaisant n’importe quel vélo musculaire un peu léger.

Louis
4 mois il y a
Reply to  Christophe

Oui il y a des vélos musculaires qui peuvent rouler plus vite que les VAE (mais combien de temps ?) mais réalistement je crois qu’installer un limiteur de vitesse sur les vélos musculaires ne serait pas techniquement possible.. En ce qui concerne le poids des VAE, pour autant que je sache il n’affecte pas beaucoup l’effort physique après avoir atteint une vitesse minimal (au moins sur le plat). Et je pense que le couple est plus importante que la vitesse pour ne perdre l’élan dans les montées.

Drigny Patrick
4 mois il y a
Reply to  Christophe

Pour moi c’est incohérent surtout pour la circulation en ville. Du fait, souvent que les rues sont de moins en moins larges et ne permet pas aux voitures, qui elles peuvent rouler à 30 km/h, de pouvoir doubler le vélo. Ce qui souvent force le cycliste à accélérer quand il le peut ou à résister à la pression exercée par l’automobiliste.
En conséquence, si les VAE pouvaient rouler au moins à 30 km/h avec l’assistance comme tout le monde, il y aurait moins de tress et la circulation en ville serait plus fluide.

philippe
4 mois il y a
Reply to  Christophe

D’accord avec toi.Après le poids ne risque t’il pas d’augmenter avec cette vitesse assistée à 32 k/h? Il reste l’utilisation en utilitaire, la mienne, qui s’accommode de cette faible vitesse. J’ai une randonneuse pour réellement me balader…rapidement

Bibit
4 mois il y a
Reply to  philippe

Non, je pense que sans augmenter la puissance nominale, la Plupart des vae actuels peuvent atteindre 32-35 km/h.
Je pense que cette règle vise à protéger l’industrie du scooter. A 35 km/h, l’avantage du vae est trop grand par rapport au scooter 50cm3.

Juju
4 mois il y a

Au début je pensais que 25kmh pouvait être augmenté avec la pratique heureusement qu’il y a un blocage a 25 vue l’augmentation des utilisateurs plus de vitesse fera perdre la magie du liberté augmente sinon on fait de la moto.

HENRIET
4 mois il y a

La réglementation oblige les utilisateurs de velo électrique à pédaler pour avancer mais permet aux utilisateurs de trottinette de rouler très vite sans rien faire. Ne pourrait-on les obliger eux aussi à pousser un peu sur leurs mollets de temps en temps….

Louis
4 mois il y a
Reply to  HENRIET

/// La réglementation […] permet aux utilisateurs de trottinette de rouler très vite sans rien faire \\\

Qu’est-ce qui ne va pas avec le rouler sans pédaler ? Les VAE et les trottinettes ont caractéristiques similaires (vitesse, poids, taille) et donc une dangerosité comparable indépendamment de la présence des pédales.. Sinon on devrait désapprouver aussi les cyclomobiles légers (https://www.cleanrider.com/actus/les-draisiennes-electriques-entrent-dans-le-code-de-la-route/) qui n’ont pas de pédales non plus.. et ils ont la selle qui encourage encore plus la paresse 😉

Charlie_41
4 mois il y a

En vélo musculaire, pas de limite de vitesse, pas de permis, pas d’assurance spécifique… et bien moins de pollution encore 😉

Louis
4 mois il y a
Reply to  Charlie_41

L’article s’est exprimé au sujet de la vitesse :
/// Si la réglementation exige une coupure du moteur à 25 km/h […] tant que vous respectez les limites de vitesse, il est toujours possible d’aller plus vite sans être « hors la loi » ! \\\ En conclusion, tous le deux types de vélos doivent respecter la vitesse autorisée et en tous cas je crois qu’installer un limiteur de vitesse sur les vélos musculaires ne serait pas techniquement possible..
En ce qui concerne l’assurance, les VAE sont plus lourdes que les vélos musculaires et donc plus dangereux en cas d’accident pour les parties concernées.
Et oui, les VAE polluent un peu plus que les vélos musculaires mais c’est un petit prix à payer pour enlever plusieurs automobilistes de les routes.

Charlie_41
4 mois il y a
Reply to  Louis

Ironie de mon commentaire initial mise à part, je ne trouve pas que demander le permis AM, une assurance, une homologation et des signalisations sur les speedbike soient des écueils insurmontables.
Le casque moto, l’immatriculation (plaque au format automobile !) et le contrôle technique associé dès cette années, par contre, c’est stupide et contre-productif.

Les engins de type « draisienne » ou « scooters » électrique à poignée tournante, par contre, sont bien pour moi des cyclomoteurs à part entière, et plus des cycles à assistance.

Louis
4 mois il y a
Reply to  Charlie_41

Oui placer au même niveau les speedbike et les cyclomoteurs serait faisable / raisonnable mais il tuerait leur marché..

Charlie_41
4 mois il y a
Reply to  Louis

Le marché du cyclo immatriculé est en chute permanente. C’est fini la mob à 14 ans, aujourd’hui c’est l’iphone.

Il est temps de revenir à la BMA, ce que sont déjà les vrais speedbikes, il me semble. Avec une réglementation moins lourde techniquement, et un BSR adapté, pas en scooter ou en Ami…

Pour les véhicules intermédiaires, il y a beaucoup à faire.

xavier
4 mois il y a
Reply to  Charlie_41

tout dépends la distance à faire, si possibilité de douche au travail, si c’est de l’urbain ou de la campagne, du dénivelé, etc…

Louis
4 mois il y a
Reply to  xavier

Oui réalistement on ne peut pas convertir tous les automobilistes en « VAEistes » mais même toucher ce but partiellement serait en tous cas un’amélioration de la situation actuelle.