Acheter un vélo électrique : les 5 erreurs à (absolument) éviter

18 Mai 2023 8:33 · 1

Acheter un vélo électrique est une excellente décision, tant pour votre santé que pour votre plaisir et l’environnement. Cependant, il est important de prendre en compte certaines erreurs courantes lors de l’achat d’un vélo électrique afin de maximiser votre investissement et de profiter pleinement de votre nouveau mode de transport. Dans ce dossier, nous allons explorer les cinq erreurs à éviter lors de l’achat d’un vélo à assistance électrique.

Erreur n°1 : mal évaluer ses besoins

Il existe de nombreux types de vélos électriques. Chacun est doté de caractéristiques spécifiques qui peuvent correspondre à différents besoins. Il est important de comprendre les différences entre les vélos de ville, les VTT électriques, les vélos de trekking, les VTC, etc. avant de faire un choix.

  • Les vélos électriques de ville sont parfaits pour les trajets urbains de tous les jours. Si vous pensez vous servir de votre e-bike principalement pour faire du vélotaf, faire les courses et/ou vous rendre à vos diverses activités, un vélo électrique de ville est une très bonne option. Les vélos de ville ont un cadre bas, ce qui facilite la montée et la descente, ainsi qu’une position de conduite confortable. De plus, ils disposent souvent d’accessoires pratiques tels que des porte-bagages, des garde-boues, des lumières et des antivols intégrés. Vous prenez les transports en commun et souhaitez emporter votre deux-roues ? Un vélo électrique pliable s’impose, ou du moins un modèle très léger.
  • Les VTT électriques sont conçus pour les terrains difficiles. Si vous cherchez un vélo électrique pour vos aventures en plein air, le VTT électrique est ce qu’il vous faut. Ces vélos ont une suspension robuste et des pneus plus larges pour une conduite confortable sur graviers, dans la boue, sur terrain abîmé, etc. Ils sont également équipés de freins à disque hydrauliques pour une meilleure performance de freinage.
  • Les VTC électriques (vélos tout chemin) sont polyvalents et peuvent être utilisés à la fois sur route et sur les chemins. On peut dire que le VTC (aussi appelé gravel bike) est un croisement entre le vélo de ville et le VTT. Il est particulièrement adapté pour les loisirs : balades, vélotourisme, randonnées, etc.
  • Les vélos électriques de trekking concernent une pratique sportive du vélo. Aussi dénommés vélos de randonnée en VF, ils ont des pneus plus larges et une fourche suspendue pour une conduite agréable sur les terrains accidentés. Ils sont souvent équipés de porte-bagages pour transporter facilement votre équipement de randonnée, et de nombreuses vitesses. Bien plus puissants que les autres modèles, ils permettent notamment la conduite en montagne et/ou sur de longues distances.

Autre point important à prendre en compte avant de choisir votre vélo électrique : le niveau d’assistance électrique souhaité. Si vous roulez essentiellement sur du plat ou que vous comptez faire de l’exercice, un VAE au couple de base peut suffire. En revanche, si vous prévoyez d’utiliser votre e-bike sur des trajets vallonnés ou plus longs, choisissez un modèle au niveau d’assistance électrique plus élevé, doté d’un moteur plus coupleux – de préférence intégré au pédalier – et d’une batterie de plus grande capacité.

Erreur n°2 : mal connaitre les spécificités du vélo électrique et sa réglementation

Un vélo électrique est équipé d’un moteur électrique et d’une batterie qui le distinguent des vélos classiques. Il est donc important de comprendre comment fonctionne le système électrique et de se familiariser avec les composants du vélo pour ne pas se tromper dans son achat.

Par exemple, connaissez-vous la différence entre un moteur situé dans le moyeu et un moteur dans le pédalier ? Dans le premier cas, le moteur électrique du vélo est placé dans la roue avant ou arrière. Le moteur fournit une assistance électrique directement à la roue. Ce placement peut cependant déséquilibrer le poids du vélo et rendre le démontage des roues difficile.

Dans un vélo électrique équipé d’un moteur dans le pédalier – ou moteur central – ce dernier fournit une assistance électrique aux pédales. Par son positionnement, il peut capter la force du pédalage et adapter le niveau d’assistance aux besoins du cycliste. Les vélos électriques équipés d’un moteur central ont généralement une meilleure répartition du poids et une meilleure maniabilité que les vélos dont le moteur est dans le moyeu.

Les moteurs à moyeu sont généralement utilisés dans les vélos électriques d’entrée de gamme, tandis que les moteurs à pédalier sont souvent destinés aux vélos haute performance. Le choix entre ces deux types de moteurs dépendra de vos préférences personnelles et de l’utilisation que vous ferez de votre vélo électrique.

À lire aussi Roue, pédalier… quel moteur pour mon vélo électrique ? 

Il est également important de connaître les réglementations autour du vélo électrique afin d’orienter votre choix d’achat. En France, les vélos électriques doivent être équipés d’un moteur d’une puissance maximale de 250 watts, qui ne doit pas fonctionner au-delà de 25 km/h. Ils doivent être équipés d’un système de coupure de l’assistance électrique lorsque le vélo dépasse les 25 km/h. Un vélo électrique ne peut pas accélérer seul, le moteur électrique ne s’enclenche que lorsque le cycliste pédale. Si vous sortez de ce cadre, vous entrez potentiellement dans la catégorie des speed-bike dont la réglementation est plus contraignante.

Les utilisateurs de vélos à assistance électriques n’ont pas l’obligation de porter un casque au-delà de 12 ans, mais c’est fortement conseillé. En revanche, le port d’un gilet rétroréfléchissant est obligatoire pour le conducteur comme pour le passager, hors agglomération, la nuit, et dès que la luminosité est insuffisante.

Erreur n°3 : privilégier le prix sans tenir compte du reste

angell-securite

Autrement dit : n’achetez pas forcément le vélo le moins cher ! Bien que l’idée soit tentante, cela pourrait bien vous coûter cher à long terme. Les vélos électriques de qualité supérieure sont certes plus onéreux à l’achat, mais ils sont conçus avec des composants de qualité supérieure et ont (en général) une durée de vie plus longue. Les vélos électriques bon marché ont tendance à avoir des composants de moindre qualité qui peuvent se casser plus facilement, nécessitant ainsi des réparations coûteuses ou un remplacement précoce. Il est important de considérer l’achat d’un vélo électrique comme un investissement à long terme, surtout si vous comptez vous en servir régulièrement, par exemple pour du vélotaf.

La batterie, par exemple, est l’un des composants les plus importants du vélo électrique car elle fournit l’énergie nécessaire pour alimenter le moteur électrique. Une batterie de qualité supérieure garantit une autonomie plus longue, une recharge plus rapide et une durée de vie allongée, tandis qu’une batterie de mauvaise qualité peut rendre votre vélo électrique inutilisable en peu de temps. Renseignez-vous bien sur l’autonomie du vélo et son temps de recharge, deux points essentiels qui vont orienter votre choix !

N’oubliez pas que ce qui coûte le plus cher, lorsque l’on possède un vélo électrique… C’est de se le faire voler ! Aussi, ne lésinez pas sur les antivols et choisissez un équipement de qualité. Les antivols bons marchés sont à proscrire.

À lire aussi Les 10 commandements du vélotaffeur débutant

Erreur n°4 : acheter un vélo électrique sans l’essayer

C’est une erreur classique de débutant ! Mais il est essentiel d’essayer le vélo électrique avant de l’acheter.

Ce test vous permet de voir comment le vélo électrique se comporte dans des conditions réelles. Vous pourrez tester la facilité de pédalage, le confort de la selle et de la position de conduite, la réponse du moteur, ainsi que la qualité des freins et de la suspension. Ces facteurs peuvent affecter la qualité de votre expérience de conduite et donc déterminer si le vélo électrique est vraiment adapté à vos besoins.

Chaque vélo a une géométrie unique et une position de conduite spécifique, il est important de trouver celui qui convient le mieux à votre taille et à votre style de conduite. Essayez plusieurs vélos différents et n’oubliez pas de le faire dans des conditions diverses : en montée et en descente, sur route pavée et lisse, en testant tous les niveaux d’assistance.

Si vous n’y connaissez rien en vélos électriques, il est d’autant plus important d’effectuer des recherches approfondies avant de sauter le pas. Bien sûr, les avis des clients sont utiles, mais ils sont à prendre avec précaution car chacun est différent et parfois, un vélo qui ne convient pas à votre voisin peut être parfait pour vous. Les médias spécialisés (comme Cleanrider) proposent des essais de vélos électriques. Ces tests, réalisés par des professionnels, vous donnent des informations complètes sur la qualité, les caractéristiques et les performances du vélo : c’est une très bonne base si vous ne pouvez pas vous déplacer. Mais le must reste de vous rendre dans un magasin spécialisé pour essayer vous-même et profitez au passage de précieux conseils sur place !

Erreur n°5 : ne pas anticiper les garanties et l’entretien

cyclofix-reparation-velo_020321

Pour garantir une longue durée de vie et un fonctionnement optimal à votre vélo électrique, vous allez devoir assurer son entretien et sa maintenance.

Les vélos électriques sont plus complexes que les vélos traditionnels en raison des composants électriques et de la batterie. Ils réclament donc un entretien régulier… Ce qui occasionne des coûts. Prenez-les en compte dès le départ afin de ne pas avoir de mauvaise surprise !

Le coût de l’entretien et de la maintenance d’un vélo électrique varie en fonction de la qualité et de la technicité du vélo. Dans tous les cas, il est recommandé de faire une révision annuelle pour s’assurer que le vélo fonctionne correctement. Cette révision peut inclure le remplacement des pneus, le réglage des freins, le nettoyage de la chaîne et la lubrification, ainsi que la vérification de l’état de la batterie.

À lire aussi Révision vélo : ce qu’il faut absolument vérifier !

Les batteries de vélo électrique ont une durée de vie limitée, généralement de 3 à 5 ans selon les modèles et selon votre utilisation. Cependant, en entretenant correctement la batterie, vous pouvez prolonger sa durée de vie. Chargez la batterie correctement et ne la laissez pas complètement déchargée pendant de longues périodes. Aussi, stockez-la dans un endroit sec et à température ambiante. A noter qu’il existe aussi différents moyens d’optimiser l’autonomie de son vélo électrique.

Enfin, sachez que les pièces détachées pour les vélos électriques peuvent être plus coûteuses que pour les vélos traditionnels. Il est donc important de choisir un vélo électrique de qualité pour éviter les coûts de réparation et de remplacement de pièces.

 


Les bons plans vélos électriques

Autres guides d'achats

Annonces

Commentaires

1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Velo
9 mois il y a

Cet article, ne semble pas très argumenté dans les choix énumérés, notamment quand on parle de qualité et d’entretien.