B.C.K.L. : abordable, ce nouveau vélo électrique français adopte une configuration étonnante

BCKL vélo électrique

©B.C.K.L.

Nouvelle venue sur le segment des vélos électriques urbains, la marque B.C.K.L. débarque avec un premier modèle bien équipé vendu à moins de 1 800 €,

Pour votre premier vélo électrique à utiliser au quotidien, le réflexe est d’aller sur les bas prix, mais c’est généralement peu signe de qualité. Il est préférable de viser un modèle basique, mais conçu pour le vélotaf et plus durable. C’est ce que propose B.C.K.L, une nouvelle marque lancée il y a tout juste quelques semaines.

Un B.C.K.L. pour le B.A. BA du vélo urbain

B.C.K.L. se prononce “bicycle” ou “bicyclette” en français, créée par Laura et Hanna Israel. Ces deux sœurs et anciennes coureuses en compétition VTT ont décidé de s’aventurer dans le plus sage, mais non moins intéressant vélo de ville électrique.

BCKL fondatrices
Les cofondatrices Hanna et Laura Israel (©B.C.K.L.)

“On a toujours eu des projets en tête avec ma sœur et une volonté d’entrepreneuriat” nous a expliqué Laura, “en ayant vécu à Amsterdam, où tout est fait pour le vélo, ça a fait un déclic. C’est pour ça que je me suis tourné vers le vélo de ville, qui est pour moi la mobilité de demain”.

Il en résulte ce VAE de 26 pouces à cadre ouvert, potence réglable, selle confort à ressort et cintre courbé, pour “rendre le vélo le plus accessible”. On sent effectivement l’inspiration à la hollandaise, même si la position n’est pas aussi droite. Le B.C.K.L. est aussi tout équipé avec les garde-boues, la béquille, l’antivol de roue arrière et un porte-bagages 27 kg à même la structure.

Un moteur avant, au capteur de couple et moyeu Nexus

La configuration électrique est un peu originale. On trouve un moteur avant Ananda offrant 42 Nm de couple, de plus en plus rare en 2024. Il faut dire que c’est la propulsion la moins naturelle, mais la marque y ajoute un capteur de couple qui promet d’être plus agréable au pédalage.

Questionnée par nos soins sur le sujet, la cofondatrice nous confie que l’idée était d’“offrir une solution simple à réparer, et le moyeu Nexus nous privait d’un moteur arrière”. Et d’ajouter que “le capteur de couple résout le problème de latence que l’on peut rencontrer sur ce type de moteur”. 

En effet, au lieu de se contenter d’un dérailleur classique, le vélo électrique B.C.K.L. inclut un moyeu Shimano Nexus 7 vitesses. “C’est plus pratique en ville, avec moins d’entretien, et ça ne déraille jamais”, nous assure Laura. Ce composant rend le passage de vitesses possible à l’arrêt, donc adapté à la ville et ses arrêts fréquents. La batterie amovible, parfaitement intégrée au cadre bien que non peinte, est de 460 Wh de capacité, soit environ 45 km en niveau d’assistance maximal Turbo (sur 4) ou 90 km en mode Eco.

Un vélo B.C.K.L. abordable, et déjà des projets pour le futur

Nouveau sur le marché des vélos électriques, le B.C.K.L. propose deux coloris jaune et noir, en taille unique (1,55 à 1,85 m). Son prix est de 1 799 €, plutôt bien situé compte tenu de la présence du moyeu Nexus, des freins à disques hydrauliques, des feux reliés à la batterie et d’autres équipements. Concernant l’écran, c’est une console simple (liée au bloc Ananda) et sans connectivité qui est utilisée. « Ce n’est pas une valeur ajoutée pour moi, et c’est aussi plus accessible à tous » précise Laura Israel.

Le vélo électrique B.C.K.L est pour le moment uniquement vendu en ligne, mais deux revendeurs à Paris et Marseille sont déjà partenaires (d’autres à venir) et vous proposent de tester le vélo. Le SAV est lié à Cyclofix pour les petites réparations. La garantie est de 2 ans, voire à vie pour le duo cadre/fourche.

Une LLD à 2 €/jour

En plus de l’achat comptant, B.C.K.L. va proposer une location longue durée avec option d’achat, démarrant à 2 € par jour. “Même à ce prix, l’investissement dans le vélo électrique est important” rappelle Laura « et cela permet de nous démarquer ». Et les deux sœurs ont déjà l’esprit tourné vers l’avenir, puisque germe l’idée d’autres vélos électriques et son idéal de Made in France.

Car pour le moment, seul l’assemblage du VAE a lieu en France. Il est réalisé à la Manufacture Française du Cycle (MFC), en Loire-Atlantique. “On voulait s’appuyer sur quelque chose de solide” justifient les deux fondatrices. Les autres composants proviennent d’Asie (mais les jantes Mach 1 sont tricolores !). Le B.C.K.L. vient ainsi défier un Shiftbikes dans l’esprit (moteur arrière, mais dérailleur), ainsi qu’un Intersport Nakamura Crossover A (suspension, sans Nexus). Restez connectés, car l’essai est à venir très prochainement sur Cleanrider !

BCKL vélo électrique noir
Le vélo électrique existe aussi en noir (©B.C.K.L.)

Matthieu Lauraux
Matthieu Lauraux

Journaliste, essayeur

Au guidon de vélos depuis son enfance, vélotaffeur de longue date et voulant promouvoir des déplacements plus propres, Matthieu est un éternel curieux, avide de tester les nouveaux produits de mobilité urbaine,


Annonces

Commentaires

2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Louis
4 mois il y a

La configuration générale du B.C.K.L. me semble notable mais j’espère que le couple relatif – typique du schéma « moteur avant » (https://www.cleanrider.com/dossiers/velo-electrique/roue-pedalier-quel-moteur-pour-mon-velo-electrique/) – est compensé par la présence des 7 vitesses en cas de montées importantes

Bon
4 mois il y a

Encore un vélo qui sort de la MFC seulement avec une peinture différentes des autres. Regardez le Larrun Beaumont c’est EXACTEMENT le même vélo.
Un mauvais rapport qualité prix pour un vélo à moteur roue.
Le Nakamura auquel vous le comparer dans l’article a un moteur pédalier avec 2x plus de couple, et des roues 28″.

26″ c’est moins cher en roues et pneus mais c’est dépassé, le 28 a beaucoup d’avantages.

C’est quoi l’intérêt de créer une marque si c’est juste pour proposer un vae qui existe déjà et sur lequel on met juste un autocollant ? En plus avec des vélos pas du tout compétitifs…

Aucun intérêt pour les consommateurs, juste pour les entrepreneurs 🤑🤑

Last edited 4 mois il y a by Bon