Pour BMW, les motos électriques ne sont pas prêtes à rivaliser avec le thermique

Illustration : le concept BMW Vision DC Roadster, présenté en 2019

Lors de la présentation de son roadster R20, un gros cube thermique, le nouveau patron de BMW s’est laissé aller à quelques confidences sur sa vision de l’avenir de la moto électrique chez BMW. Pour ce dirigeant, fraîchement arrivé à la tête de la marque à l’hélice, « les motos électriques ne sont pas prêtes à rivaliser avec les motos à essence ».

La marque des grands capitaines d’industrie, c’est de ne pas s’encombrer des orientations passées de leur entreprise, parfois à tort, pour imposer leur vision. C’est ce qu’a réussi Carlos Tavares, avec succès, chez Stellantis. Markus Flasch, qui a remplacé Markus Schramm (en octobre 2023) à la tête de la division moto de BMW, est, lui aussi, de ce bois-là.

Lors du Concorso d’Eleganza Villa d’Este 2024, événement parrainé par BMW, il a profité de la conférence de présentation du futur R20, un roadster doté d’un moteur boxer de 2 litres, pour se livrer à quelques confidences sur sa vision de l’avenir de la moto électrique chez BMW. Ses propos laissent peu de place au rêve de nombreux motards de voir, très prochainement, une gamme de motos électriques puissantes chez BMW

Finalement un discours sans surprise de celui dont l’une des récentes décisions a été de suspendre le développement du BMW Vision DC Roadster. Son argument massue, qui s’embarrasse peu de considérations environnementales, c’est que «  après avoir examiné les coûts et performances du Vision DC Roadster, celui-ci était assez mature dans son développement, mais était bien loin d’être compétitif avec, par exemple, la M 1000 RR ».

La moto électrique ne sert à rien pour le moment

Selon Markus Flasch, BMW détient aujourd’hui 77 % du marché avec son maxi-scooter électrique BMW CE 04 et sa petite BMW CE 02, introduite en début d’année. « Je ne vois donc pas pourquoi je devrais investir l’argent de BMW pour construire une moto pour tenter d’aller grappiller quelques ventes supplémentaires dans les 23 % restants » a martelé le dirigeant.

Et de conclure, « cela ne sert à rien, pas maintenant, peut-être plus tard », non sans ajouter « si vous parlez aux motards, je n’ai trouvé personne qui dit « je suis prêt à dépenser 30 000 euros pour une moto électrique pour faire le tour du lac ou gravir un col » ; et personne pour voyager au Cap Nord en passant par l’Afrique ». Propos certes nébuleux, mais immédiatement éclairés par ses paroles de conclusion : « le motocyclisme est tellement une question de liberté et d’indépendance que le véhicule électrique ne sert à rien pour le moment ».

À lire aussi La moto électrique va-t-elle disparaître ?

 

Jean-Luc Poncin
Jean-Luc Poncin

Journaliste

De formation scientifique, Jean-Luc est un journaliste diplômé du CFPJ. Passionné par les projets et les technologies qui gravitent autour de la transition écologique, il collabore régulièrement sur différents médias liés à l'énergie et à la mobilité.


Tous les modèles de motos électriques

Sur le même sujet

Annonces

Commentaires

4 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Gillou
10 jours il y a

Ouais ben si on essaye pas, on y arrivera jamais!
Et perso, en thermique, je n’achèterai pas de M 1000 RR… trop puissant, trop gros, trop cher. J’ai une 650 qui me va très bien et est bien assez puissante !
Du coup, j’aimerai bien une électrique équivalente 500 ou 650cc pour 20000€… Là, j’y réfléchirai… cela aurait du sens pour moi.

Last edited 10 jours il y a by Gillou
Alexandre
12 jours il y a

En réalité, des motard prêts à y mettre 30k euros, il y en a. L’électrique n’empêche pas le voyage et le YouTubeur allemand Marc Travels illustre parfaitement que la moto électrique est adaptée.
Mais le problème pour BMW sur la moto électrique est triple, d’abord comme il le dit, BMW détient une majorité du marché avec les scooters, pourquoi alors essayer de grappiller quelques pourcentages en plus à coup d’investissements colossaux ?
Ensuite, certains constructeurs, à l’image d’Energica et Zéro, sont déjà présents avec des modèles très aboutis.
Enfin, comme pour la voiture, la concurrence asiatique arrive avec des tarifs ultra compétitifs et de superbes finitions (à l’image de l’Ultraviolette F77).
Même si BM est leader sur le scooter, se mettre aujourd’hui sur la moto c’est risquer de se disperser sur un marché qui va être très compliqué, et même s’il s’agirait à priori d’un des constructeurs européens les plus avancés sur la technologie électrique, ils partiraient avec déjà une longueur de retard. Autant alors garder l’image de BMW fiable et haut de gamme sur un bon vieux thermique qui rend plus « libre ».

Louis
12 jours il y a

Je suis d’accord sur la difficulté de trouver un motard « prêt à dépenser 30 000 euros pour une moto électrique pour faire le tour du lac ou gravir un col » mais je pense que BMW est un des peu constructeurs européens qui pourrait concurrencer Zero dans le domain des motos électriques entre 10 000 et 20 000 euros..

12 jours il y a